Éco-Business

Télécoms : la réduction de certains tarifs en vue ?

L’Agence nationale de réglementation des télécommunications travaille sur un projet d’audit des coûts des trois opérateurs. Mais pas que ! Sur leurs produits et résultats, également, au titre des exercices 2019 à 2021. Qu’est-ce que cela peut changer pour le consommateur final ? 

Les consommateurs de services télécoms marocains vont-ils, dans les mois, voire les semaines à venir, profiter d’une réduction de certains tarifs appliqués par les trois opérateurs télécoms ? En tout cas, dans le contexte actuel marqué par l’érosion du pouvoir d’achat des ménages, une décision allant dans ce sens ne pourrait être que bien reçue. L’actualité en la matière nous vient de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

Le régulateur vient, en effet, de lancer un appel d’offres relatif à un audit réglementaire des coûts, produits et résultats appliqués par les trois opérateurs télécoms au titre des exercices 2019 à 2021 (AO n° 04/2022). Si pour l’heure, l’on reste un peu sur sa faim pour ce qui est des détails de ce marché public, on peut d’ores et déjà indiquer que cet appel d’offres précise que le marché, alloti en trois lots, concerne les opérateurs nationaux, à savoir Itissalat Al-Maghrib (IAM-lot n°1), Medi Telecom (Orange Maroc-lot n°2) et Wana (Inwi-lot n°3).

Contacté par Les Inspirations Éco sur le sujet, un expert dans le domaine nous explique que «ces audits se font annuellement, conformément à la loi n°24-96 des télécoms et au décret n°2-97-1026 du 25 février 1998. L’audit des opérateurs est un outil de régulation, et ce, dans tous les pays où il existe un régulateur télécom». Un autre expert revient sur le manque de visibilité. «J’aurais aimé avoir le contenu détaillé de l’AO».

Il poursuit cependant son propos en expliquant le bien- fondé de ces audits. «Dans les grandes lignes, le rôle de l’ANRT sur le plan réglementaire est de mener ces audits auprès des opérateurs qui ont un rôle prépondérant sur le marché. Malheureusement, à l’exception de Maroc Telecom, qui a l’obligation boursière de publier ses indicateurs d’activité, les deux autres ne le font pas», réagit-il. Et de renchérir sur les enjeux et la valeur ajoutée de cet audit.

En effet, qu’est ce que les résultats de ce contrôle portant sur la gestion et les conditions de fonctionnement des trois opérateurs télécoms pourrait changer concrètement pour le consommateur marocain? Et notre source d’expliquer que «sur la base des résultats des audits réglementaires (comptabilité analytique des coûts), l’ANRT peut être amenée à prendre des décisions de baisse des tarifs d’interconnexion, par exemple, avec un impact en conséquence sur les offres destinées aux clients finaux. En effet, la décision d’affectation de tel ou tel coût sur le réseau fixe ou mobile peut avoir des répercussions, selon la stratégie de chaque opérateur. C’est là où le rôle de l’ANRT intervient».

Il n’y a pas longtemps, les trois opérateurs ont baissé leurs tarifs d’interconnexion !
Dans Les Inspirations Éco n°3096 du mercredi 11 mai 2022, nous expliquions que de tels audits ont abouti, le 1er avril, à la deuxième réduction des tarifs d’interconnexion dans les réseaux fixes (de nouvelle génération) et mobiles, de Maroc Telecom, Orange Maroc et Inwi, depuis début 2022 (la troisième consécutive depuis décembre 2020). Pour le consommateur, cela s’est traduit par des offres plus abordables sur le marché de la Voix.

En baissant les tarifs d’interconnexion, l’ANRT espère dynamiser la concurrence entre les trois opérateurs nationaux, en suscitant le lancement d’offres plus compétitives, notamment sur la terminaison voix. Selon le régulateur, cette décision est due au fait que les niveaux des tarifs d’interconnexion appliqués au Maroc seraient supérieurs (+42% en ce qui concerne les réseaux mobiles) à la moyenne observée dans les pays européens. En outre, le régulateur relevait que le segment Voix nécessite de nouvelles actions afin d’être redynamisé, étant donné qu’il a connu des baisses de trafic en raison du recours à des applications alternatives, notamment WhatsApp, Telegram, Signal, Facebook, FaceTime…

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page