Éco-Business

Super Cérame muscle sa stratégie

La filiale d’Ynna Holding, spécialisée dans la céramique, qui célèbre ses 50 ans, confirme son leadership et lance de nombreux projets phares. 

Super Cérame, filiale du groupe Ynna Holding, célèbre le cinquantième anniversaire du lancement officiel de son activité, qui a démarré à Kénitra en 1968. Un demi-siècle après, la société a multiplié par 120 sa capacité de production journalière, qui a ainsi atteint 120.000 m², et capte aujourd’hui près de la moitié des parts de marché du secteur (48%). Classée dans le top 20 mondial des producteurs de céramique et dans le top 10 des entreprises de BTP au Maroc, «Super Cérame est le premier employeur du marché de la céramique, avec 1.850 collaborateurs répartis sur quatre sites. De plus, depuis 1999, la société a injecté 2 MMDH dans la modernisation de son appareil de production, la recherche de nouveaux procédés de fabrication, le développement d’infrastructures ou encore l’ouverture d’unités industrielles et de showrooms», souligne le top management de l’entreprise.

Trois nouveaux projets
Lors de la conférence de presse du cinquantenaire de Super Cérame, le management a annoncé la réalisation de trois projets. Le premier concerne un investissement prévisionnel de 300 MDH pour la construction, dès 2019, d’une cinquième usine de production. À la clé, la création de 500 emplois directs et de 300 indirects. Deuxième annonce à l’occasion de cet anniversaire, la création d’une formation professionnelle annuelle sur les techniques et innovations en pose de carrelage. Tenue les 16 et 17 novembre, une première édition a été assurée à Casablanca par des professionnels européens. Elle a touché un grand nombre de poseurs qui se sont vus remettre des attestations d’expertise reconnues à l’international.

«Super Cérame renouvellera cette formation chaque année et envisage à terme de créer une école spécifiquement dédiée à cette opération», affirme Fouad Benzakour, directeur général de Super Cérame.

Enfin, l’entreprise annonce le lancement de la production de l’invention ATTICOOL. Fabriquée en céramique et alimentée par une plaque solaire, cette alternative écologique aux réfrigérateurs a été conçue par Mohamed Atti, jeune diplômé de l’Académie des arts traditionnels de Casablanca, qui a réalisé son projet de fin d’études au sein de Super Cérame. La société a conçu un atelier dédié à la fabrication des réfrigérateurs ATTICOOL et dédié des ressources humaines et des équipements au lancement de leur production. Le soutien au jeune entrepreneur comprend aussi un volet commercial, puisque les solutions ATTICOOL seront distribuées via le réseau d’Aswak Assalam. 


Fouad Benzakour
Directeur général de Super Cérame

«Nous envisageons la mise en place d’une unité de production au Mali»

50 ans d’activité… quel bilan pour Super Cérame? 
Nous sommes le leader incontesté de la production de céramique au Maroc. En 1968, nous avons débuté avec une petite capacité de production de 1.000 m² par jour, dans la ville de Kénitra, qui s’est vite développée. Après 50 ans, nous avons pu installer trois usines de plus avec une capacité de production totale dépassant les 120.000 m² par jour. Nous faisons partie des 20 leaders mondiaux de la céramique et investissons dans la recherche et développement pour assurer de meilleurs produits en termes de design, mais surtout innovants.

Qu’en est-il de votre développement en Afrique?
Nous développons en effet nos échanges avec le continent. Actuellement, nous exportons vers une vingtaine de pays africains. Seulement, ce pourcentage n’est pas assez conséquent car, au départ, Super Cérame arrivait à peine à satisfaire le marché local. Toutefois, avec nos nouveaux investissements, nous comptons davantage développer ce marché. La signature de contrats de libre-échange entre les pays africains et le Maroc nous facilitera la tâche. Par ailleurs, nous sommes en contact avec le gouvernement malien pour l’installation d’une usine en joint-venture dans le pays dans le futur.

Que pensez-vous de la situation actuelle du marché national ?
Le marché national de la céramique évolue à une cadence de 4 à 5% par an. Nous estimons que le Maroc produira quelque 90 millions de m² en 2030. Nous comptons développer notre capacité, la hisser à 200.000 m² par jour d’ici 2030. Par ailleurs, nous pouvons dire que ces dernières années ont connu une stagnation du marché. Mais nous nous attendons à un retour de croissance à partir de l’année 2019.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page