Éco-Business

Statistiques officielles : le HCP actualise les agrégats économiques

Le Haut-Commissariat au Plan, qui est l’organisme chargé de la production, de l’analyse et de la publication des statistiques officielles au Maroc, vient de mettre en place une nouvelle année de base des comptes nationaux du Maroc. La nouvelle année de base 2014, qui remplace celle de 2007, est notamment établie en conformité avec le dernier manuel sur les comptes nationaux adopté par les Nations Unies (SCN 2008). Son adoption a induit la réévaluation de plusieurs agrégats macroéconomiques.  Les détails. 

Du nouveau dans les agrégats économiques du Royaume! Le Haut-commissariat au Plan (HCP), qui est l’organisme chargé de la production, de l’analyse et de la publication des statistiques officielles au Maroc, vient de mettre en place une nouvelle année de base des comptes nationaux du Maroc.


La nouvelle année de base 2014, qui remplace celle de 2007, est notamment établie en conformité avec le dernier manuel sur les comptes nationaux adopté par les Nations Unies (SCN 2008).

Outre les changements d’ordre conceptuels, la nouvelle base intègre des changements méthodologiques ainsi que de nouvelles sources de données permettant d’améliorer la couverture du PIB et de mettre à jour les données sur la structure de l’économie.

Le PIB révisé de +8,2% en 2014 par rapport à 2007
Les différents changements apportés ont induit une révision à la hausse de 8,2% du PIB de 2014. C’est ainsi qu’en 2014, le produit intérieur brut (PIB) en valeur s’élève à 1.001,5 milliards de dirhams (DH) en base 2014, au lieu de 925,4 milliards de DH en base 2007. Il est donc revu à la hausse de 76,1 milliards de DH, soit 8,2% par rapport à la base précédente.

Cette révision est le résultat de la hausse de la valeur ajoutée de l’ensemble des branches d’activités de 79,8 milliards de DH (9,6% par rapport à l’ancienne base et la révision à la baisse des impôts sur les produits de 3,8 milliards de DH, c’est-à-dire -4% par rapport à la base 2007). Par secteur d’activité, la valeur ajoutée du secteur primaire (agriculture et pêche) a été de 103,7 milliards de DH en base 2014 au lieu de 107,9 milliards de DH dans la base 2007, soit une revue à la baisse de 3,9%.

De son côté, la valeur ajoutée du secteur secondaire (Industries extractives et de transformation, BTP et production et distribution d’eau et d’électricité) a atteint 258,5 milliards de DH au lieu de 245,1 milliards de DH en base 2007, soit une révision à la hausse de 5,5%.

Alors que la valeur ajoutée du secteur tertiaire (services y compris le commerce) a atteint 548,3 milliards de DH au lieu de 477,7 milliards de DH, soit une révision à la hausse de 14,8%. Dans ces conditions, la configuration sectorielle du PIB montre une nette amélioration de la part du secteur tertiaire qui est passée de 51,6% à 54,8% du PIB, les activités secondaires ont affiché 25,8% du PIB au lieu de 26,5%.

Quant au secteur primaire, sa contribution au PIB est passée de 11,7% à 10,4%. A signaler que cette réévaluation du PIB et des indicateurs sectoriels a également induit la révision des agrégats de la demande nationale, de l’offre nationale et des revenus nationaux.

Les dépenses de consommation finales réévaluées de +11,2%
Au niveau de la demande, les dépenses de consommation finales des ménages ont affiché une réévaluation à la hausse de 61,9 milliards de DH, soit une augmentation de 11,2% par rapport à leur niveau dans la base 2007. Le niveau de la Formation Brute du Capital Fixe (FBCF) a été également révisé de -5,7 milliards de DH, soit une baisse de 2,1 % par rapport au niveau enregistré dans l’ancienne base.

Et sous l’effet conjugué de la révision des exportations de -18,7 milliards de DH et des importations de -18 milliards de DH, le solde des échanges extérieurs de biens et de services de 2014 est resté pratiquement stable entre les deux bases (116,4 milliards de DH en base 2014 contre 115,7 milliards en base 2007).

«La révision du niveau des exportations et des importations est due spécialement à l’utilisation de la 6e version de la balance des paiements», souligne le HCP. Au niveau de l’offre nationale, la valeur ajoutée (VA) totale est rehaussée de 79,8 milliards de DH, soit 9,6% de plus par rapport aux comptes de l’ancienne base 2007.

Les revenus distribués réévalués de +8,2%
Par secteur institutionnel, les entreprises non financières ont vu leur VA, par rapport à l’ancienne base, augmenter de 13,9%. Les ménages ont, de leur part, enregistré une hausse de la VA de 26,8 milliards de DH. S’agissant des administrations publiques, des sociétés financières et des Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), elles ont vu leurs VA légèrement révisées à la hausse, respectivement, de 2,9 ; 0,4 et 0,2 MMDH.

Au niveau des revenus, la hausse du total des revenus distribués de 8,2% a profité spécialement à la rémunération des salariés qui a enregistré une hausse de 44,8 milliards de DH, soit une réévaluation de 14,7% par rapport à l’ancienne base.

L’excédent brut d’exploitation et le revenu mixte ont été révisés à la hausse de 37,2 milliards de DH (+7,2%) alors que les impôts nets reçus par les administrations publiques ont été revus à la baisse de près de 6 milliards de DH, soit une diminution de 5,7% par rapport à leur niveau dans l’ancienne base.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page