Éco-Business

Startups : le premier programme de mentorat et d’expertise démarre

Anima investment network vient de sélectionner 60 startups et trois accélérateurs parmi les 800 candidats ayant répondu à son appel à projets lancé en mi-septembre dernier. Ces trois incubateurs vont pouvoir ainsi renforcer leurs capacités, en accédant à un programme complet de mentorat et d’accompagnement, animé par des experts. Ledit programme, destiné à aider les startups dans leur phase d’accélération, se déroulera sur une période de six mois. 

C’est parti pour le tout premier programme international de mentorat et d’expertise au profit des startups marocaines. Anima investment network, qui pilote le programme, en partenariat avec le ministère de l’Économie et des finances, la GIZ et la Fédération de l’écosystème startup au Maroc (MSEC), a annoncé, en effet, mercredi 8 novembre, à travers un webinaire, qu’il a finalement sélectionné 60 startups et trois accélérateurs parmi les 800 candidats ayant répondu à son appel à projets lancé en mi-septembre dernier.

Ainsi, ces accélérateurs, entendez les trois incubateurs marocains choisis, vont pouvoir renforcer leurs capacités, en accédant à un programme complet de mentorat et d’accompagnement, encadré par des experts, qui se déroulera sur une période de six mois. L’objectif final étant d’aider les startups dans leur phase d’accélération.

Un programme de trois cohortes de 20 startups et un accélérateur chacune
Pour commencer, le programme sera divisé en trois cohortes composées chacune de 20 startups et d’un accélérateur. Ensuite, les incubateurs seront accompagnés par des experts et mentors internationaux appartenant au réseau Anima. C’est-à-dire d’entrepreneurs réputés ou de personnes disposant des compétences et d’expertise métier répondant aux besoins spécifiques de chaque startup. Lesquelles sont dotées d’une expérience dans d’autres pays ayant des écosystèmes entrepreneuriaux développés, expérimentées dans la levée de fonds à l’international. Cela se fera à travers un programme de management, délivré par la GIZ, et un programme capitalisation qui sera conjointement implémenté par la MSEC et la GIZ.

Ce dernier programme portera, notamment, sur du monitoring mentor et expert, la promotion et pitch de success stories, le transfert de pratiques vers des techhubs et bailleurs, des outils et ateliers de capitalisation et un plan de dissémination. L’objectif étant de doter les incubateurs des compétences requises pour accompagner leurs startups dans la phase d’accélération où elles font face à plusieurs problématiques liées à l’accès à de nouveaux marchés (concrétisation de ventes et de partenariats commerciaux, respect des normes et aspects réglementaires,…) ; à l’accès au financement (réaliser de nouvelles levées de fonds, rencontrer des investisseurs, mettre en relation des startups avec des venture capital continentaux) ; aux solutions face à la pénurie des composants et matières premières ; à un modèle de croissance (développement de nouveaux produits et services, connexion à des réseaux de soutien locaux et internationaux grâce aux réseaux d’accélérateurs)…

Quatre objectifs structurants visés
En effet, le programme s’articule autour de quatre composantes. Premièrement : il vise à doter les startups d’un modèle de croissance à travers le développement de nouveaux produits et services, la connexion à des réseaux de soutien locaux et internationaux grâce aux réseaux d’accélérateurs, l’amélioration de la stratégie de gestion, le développement d’un business model et l’innovation. Deuxièmement : son credo est aussi de faciliter l’accès au financement à travers l’organisation de rencontres avec des investisseurs, de nouvelles levées de fonds et la mise en relation des startups avec des Venture Capital continentaux.

Troisième objectif visé par le programme : faciliter l’accès à de nouveaux marchés via le développement des compétences commerciales des startups, l’identification de partenaires commerciaux, la stimulation des ventes et la signature de contrats. Quatrièmement, le programme de mentorat et d’expertise de la GIZ, piloté par Anima, vise également à faciliter l’accès aux talents, avec le recrutement de ressources humaines et l’accès à un réseau d’experts. Bref, «avec ces divers ingrédients, nous pensons que l’écosystème marocain des startups marocain sera prochainement sur une bonne rampe de lancement», commente un directeur des trois incubateurs choisis, qui a préféré garder l’anonymat.

En tous cas, le choix des startups et des accélérateurs a été minutieusement opéré. Chacune des 60 startups choisies a déjà réalisé une première levée de fonds, dispose de produits ou services/solutions déjà validés dans un marché au moins sur une période de deux ans, d’activités innovantes avec un impact social ou environnemental prometteur, et se trouve en phase d’accélération et de croissance.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page