Éco-Business

Sommet sur les systèmes alimentaires : l’Afrique prépare une position commune

En vue d’arrêter une position commune africaine, en prévision du sommet sur les systèmes alimentaires prévu en septembre 2021, le Maroc et le Système des Nations Unies ont organisé conjointement un dialogue régional pour l’Afrique.

Dans le but d’accélérer la mise en œuvre de la décennie d’action, visant à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030, le Secrétaire général des nations unies a convoqué un sommet sur les systèmes alimentaires, pour septembre 2021. Dans ce cadre, et afin de préparer une position commune africaine en prévision de ce sommet mondial, le Maroc et le Système des Nations Unies ont organisé conjointement, le mardi 13 juillet 2021, à Agadir, un dialogue régional pour l’Afrique, par visioconférence et en présentiel. Co-présidé par Amina J. Mohammed, Vice-secrétaire générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le Dialogue régional africain a connu la participation de trente ministres et quarante-cinq responsables et coordonnateurs des dialogues nationaux de plusieurs pays, ainsi que d’organisations régionales et internationales. L’évènement a été également marqué par la présence de Dee-Maxwell Saah Kemayah, ministre des Affaires étrangères du Libéria, et envoyé spécial pour le Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires, et de Omar Hilale, le Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’ONU et du président de la Banque africaine de
développement.


Accélérer la transformation des systèmes alimentaires
Ce dialogue régional de haut niveau s’inscrit dans le cadre de la préparation au Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires qui se tiendra à New York en septembre 2021. Il a pour objet de débattre des préoccupations, engagements et besoins de l’Afrique pour évoluer vers des systèmes alimentaires durables, et mettre en avant les intentions et actions issues des dialogues nationaux et indépendants. Il vise aussi l’accélération de la transformation des systèmes alimentaires, intégrant une spécificité régionale fondée sur les systèmes agricoles africains, ainsi que les régimes alimentaires, les conditions de vie et les aspirations des populations d’Afrique.

Dans son mot d’ouverture, Aziz Akhannouch a indiqué que «cette initiative trouve tout son sens dans un contexte marqué par la crise liée à la Covid-19, qui a mis à rude épreuve les systèmes alimentaires. Sur la base des enseignements de l’expérience marocaine dans les domaines de l’agriculture et de la pêche, il ressort que la transformation vers des systèmes alimentaires durables exige un changement profond, structurel et pragmatique, loin des approches fragmentées et ponctuelles». Selon Aziz Akhannouch, «cette transformation suppose également le renforcement des capacités institutionnelles, la mobilisation des financements et la nécessaire convergence des politiques publiques pour répondre simultanément aux défis du changement climatique, de la sécurité sanitaire et nutritionnelle, du développement durable, de la transition verte, ou encore de l’efficacité des circuits de distribution».

Cinq pistes d’action identifiées
Au cours de cette rencontre, il a été rappelé que le Maroc a toujours mis son expérience et son expertise à la disposition des pays du continent, à travers des échanges d’expériences et de savoir-faire, tant au niveau technique qu’en terme de politiques agricoles. Selon Aziz Akhannouch, la solidarité avec les pays africains s’est également manifestée à l’occasion de la COP22, tenue à Marrakech en 2016, par le lancement de l’Initiative «Triple A». «Garantir l’accès de tous à des aliments sains et nutritifs, passer à des modes de consommation durables, stimuler une production respectueuse de la nature, promouvoir des moyens de subsistance équitables, et renforcer la résilience face aux vulnérabilités, aux chocs et au stress», constituent, pour rappel, les cinq pistes d’action identifiées comme objectifs du Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires. Convoqué par Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, le Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires marque le lancement de nouvelles mesures pour progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable, avec l’ambition de dynamiser le cheminement collectif vers l’élimination de la faim, la création de systèmes alimentaires plus inclusifs et plus sains, et la protection de la santé de la planète.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page