Éco-Business

Saham va se transformer en fonds d’investissement panafricain

Le groupe Saham cède ses filiales assurance pour 1,05 milliard de dollars au Sud-africain Sanlam. Suite à cette opération, le groupe marocain va se transformer en fonds d’investissement panafricain.  


L’annonce, jeudi matin, de la cession des filiales assurance du groupe Saham au Sud-africain Sanlam a eu l’effet d’une bombe. Les négociations auraient duré plusieurs mois mais le secret a été gardé jusqu’à la conclusion de l’accord, mercredi en fin d’après-midi. Concrètement, le groupe sud-africain Sanlam, fondé en 1918 et partenaire de Saham depuis 2016, augmentera sa participation dans le capital du pôle assurance du groupe Saham (Saham Finances) pour passer de 46,6% à 100%. Le montant de l’acquisition s’élève à 1,05 milliard de dollar, sur la base d’un prix unitaire de l’action Saham Assurance Maroc fixé à 1.450 DH. Suite à cette opération, le groupe Saham aura drainé, depuis 2012, un total de 1,7 milliard de dollars d’investissements étrangers au Maroc.

Saham Assurance Maroc : une OPA attendue au deuxième semestre
L’acquisition du Pôle assurance s’est faite à travers les deux filiales Sanlam Emerging Markets (SEM) et Santam (actionnaire de Saham Finances à hauteur de 46,6% depuis mai 2017). Néanmoins, le dénouement de l’opération reste dépendant du feu vert des autorités concernées. «Nous pensons pouvoir boucler l’opération entre juillet et novembre prochain», estime My Mhamed Elalamy, porte-parole du groupe Saham, qui s’exprimait hier lors d’un point de presse. Aussi, Saham Assurance Maroc étant cotée à la Bourse de Casablanca, le nouvel acquéreur sera dans l’obligation de lancer une offre publique d’achat (OPA) en faveur des actionnaires minoritaires. L’OPA, précise-t-on, sera soumise à l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) juste après le closing de l’opération de cession. Faut-il s’attendre à un retrait de la cote du titre Saham? «En tout cas, en ce qui concerne Saham Finances, nous espérons que le titre restera coté et accompagné à la Bourse de Casablanca», affirme Nadia Fettah, DG de Saham Finances. Il ne faut pas non plus s’attendre à de grands changements côté management. «L’équipe dirigeante sera maintenue en place», poursuit Nadia Fettah qui, par la même occasion, rejoint le comité exécutif ainsi que d’autres organes stratégiques chez Sanlam.

Un deal win-win
La cession du pôle assurance du groupe Saham est présentée comme un deal gagnant-gagnant. Pour les filiales de Saham Finances, l’opération représente un potentiel significatif de création de valeur et offre des synergies opérationnelles et commerciales importantes. De son côté, le groupe Sanlam sera amené, grâce au réseau de Saham Finances, à couvrir 39 pays dans l’assurance Vie et Non-Vie et de développer davantage sa présence sur le continent. L’opération s’inscrit également dans la stratégie d’externalisation de la couverture géographique à l’international du groupe Sanlam et lui permet de renforcer sa position de leader du secteur de l’assurance en Afrique.

Saham devient un fonds d’investissement panafricain
«Durant ses vingt ans d’existence, le groupe Saham n’a jamais distribué de dividende et a toujours été fédérateur de l’investissement, fort de la confiance des institutionnels nationaux et internationaux, et engagé dans de nouveaux métiers créateurs de valeur ajoutée», tient à rappeler le porte-parole du groupe, My Mhamed Elalamy. Le produit de la cession du Pôle assurance, soit 1,05 milliard de dollars, sera totalement réinvesti, dit-il. Le groupe dit avoir déjà entamé les démarches pour se transformer en fonds d’investissement panafricain. Dans cette optique, Saham annonce avoir opéré une simplification de son actionnariat en rachetant les parts du groupe Wendel (France), lequel a permis d’accélérer de manière substantielle la diversification du groupe lors de son entrée en 2013. «Nous sommes mieux placés pour monter un fonds d’investissement panafricain et raconter de nouvelles histoires», se réjouit le management. Le groupe a l’ambition de renforcer davantage sa position d’acteur stratégique continental, en mettant l’accent sur les métiers historiques (l’éducation, la santé, l’offshoring, l’agriculture, etc.), mais aussi en conquérant de nouveaux métiers innovants et créateurs d’emplois en terre africaine. «Des acquisitions stratégiques sont en cours et seront annoncées prochainement», révèle My Mhamed Elalamy.


Moulay Mhamed Elalamy
Porte-parole du groupe Saham

«L’ADN du groupe Saham réside dans sa capacité à fédérer des investisseurs internationaux de premier plan tels que la Banque mondiale, Kingdom Zephyr, Abraaj, Allianz, Bertelsmann, Wendel et plus récemment le groupe Sanlam. Dans le cadre de sa transformation en fonds africain, Saham attirera désormais de nouveaux partenaires, pour franchir un nouveau cap, et investir ainsi dans des métiers d’avenir, accélérateurs de développement pour notre pays et notre continent».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page