Éco-Business

Résidences Dar Saada à acheter, selon CDMC

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Les analystes de la société de Bourse viennent de revoir leurs hypothèses pour sortir avec un nouveau business plan. L’une des principales hypothèses est la montée de la contribution du moyen standing.


Pour un prix théorique de 215DH, les analystes de Crédit du Maroc Capital (CDMC) recommandent d’acheter le titre Résidences Dar Saada. Et pour cause, à ce niveau de prix, le titre offre un potentiel de hausse de 16,4% compte tenu du cours de l’action de 180 DH, le 15 avril 2016. Les analystes ont, en effet, revu leurs hypothèses, plaidant ainsi pour une évolution de l’activité de Résidences Dar Saada, qui suit un cycle de trois ans. Sur cette base, les analystes ont élaboré un nouveau business plan, composé de deux cycles, le premier étalé de 2015 à 2017 et le second de 2018 à 2020.

Les principales hypothèses de ce nouveau business plan prévoient un retour à des résultats normatifs en 2016, après une année 2014 caractérisée par une phase de forte commercialisation. Pour les deux prochaines années, il serait également question d’un décalage entre l’offre et la demande dans le secteur de l’immobilier (tous segments confondus). Les analystes s’attendent aussi à un effritement progressif du poids du logement social dans la composition globale du chiffre d’affaires au profit du pôle moyen standing, qui s’est doté d’une marque propre : «Palm Immobilier».

Ils considèrent pareillement, les exercices 2015 et 2016, comme deux années charnières caractérisées par la vente des stocks de logements constitués auparavant. En conséquence de toutes ces «reconsidérations», les analystes prévoient une évolution de la part des unités à livrer par Résidences Dar Saada dans la production nationale, de 2,75% en 2015 à 3,24% en 2017 (fin du premier cycle) et de 2,8% en 2020 (fin du second cycle). Ils tablent aussi sur «la montée graduelle du pôle moyen standing dans les revenus consolidés du groupe de 7% en 2015 à 17,5% en 2020. Un segment jugé générateur de marges brutes plus importantes que le logement économique».

De même, le poids annuel moyen dans le chiffre d’affaires consolidé, des lots de terrains devrait s’établir à 14% sur l’horizon 2016-2020 contre 21% en 2015. «Cette contraction tient compte de l’importance accordée par le groupe à déstocker ses unités de logement économique et moyen standing, qui entrent dans le cadre des projets entamés au début des cycles de production», expliquent les analystes. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page