Éco-Business

Pôle aquacole de Tiguert : l’ANDA attribue l’assistance technique de la station de rejet d’eau

L’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) a adjugé à MDC Ingénierie le marché (d’un montant de 852.000 DH) de l’assistance technique de la station de pompage et de rejet d’eau. Celle-ci est destinée aux exploitants du pôle aquacole de Tiguert, situé au nord d’Agadir.  

La convention portant création de cette base à terre, qui relève de la nécessité d’installer un pôle aquacole à proximité des sites de production pour accompagner le développement de la conchyliculture de la baie d’Imi Ouddar au nord d’Agadir, a été déjà validée. Aujourd’hui, il est question de mettre en place la station de pompage et de rejet d’eau de mer des exploitants du pôle de Tiguert.

Dans ce sens, l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) a adjugé à MDC Ingénierie le marché de l’assistance technique, d’une durée de sept mois. Le montant de l’offre retenue est de 852.000 DH après l’achèvement, le 20 septembre 2022, des travaux de la commission. Il va sans dire que le plan d’aménagement aquacole, réalisé par I’ANDA au niveau de la Région Souss-Massa, a permis de mettre en évidence le potentiel aquacole d’un total de production de 50.895 tonnes sur 3.948 ha pour les trois filières conchylicole, piscicole et d’algoculture (dont la conchyliculture représente 90%).

Sur ce dernier point, les appels à manifestation d’intérêt lancés par I’ANDA ont permis de sélectionner 31 projets conchylicoles sur 1.023 ha dans la zone Tiguert-lmiouaddar pour un investissement total de 414 MDH et une production cible de 28.000 tonnes. Afin d’assurer la durabilité de ces projets et les doter des meilleures conditions d’exercice, un terrain de 5 ha, situé entre Aghroud et Tiguert, dans la commune de Tamri, a été mis à la disposition des futurs investisseurs pour installer leurs unités de conditionnement et de valorisation.

L’exploitation des bases à terre nécessitera le pompage d’eau de mer
L’exploitation de ces bases à terre nécessitera le pompage d’eau de mer avec le volume et la qualité requise, répondant aux capacités de traitement des différentes unités des opérateurs aquacoles de cette zone. Cette assistance technique, pour la mise en commun de la station de pompage et de rejet d’eau de mer des exploitants du pôle de Tiguert, a été lancée par l’ANDA afin d’identifier les besoins des opérateurs suivant leurs capacités de traitement et la conception de la structure de pompage s’adaptant au mieux aux conditions du site.

Dans le détail, la prestation a été scindée en cinq phases à commencer par la réalisation des enquêtes auprès des opérateurs pour l’identification des besoins et la collecte des données ainsi que la proposition des scénarios possibles en termes de modèle de structure de pompage. Lors de la deuxième phase, le cabinet retenu procédera, entre autres, à la proposition de structures diverses en matière de pompage et rejet d’eau de mer. L’objectif étant l’alimentation des unités de conditionnement, de valorisation, de production et d’adduction d’eau de mer vers les bassins de stockage destinés à l’activité aquacole.

il s’agit aussi de procéder à l’analyse du régime de la houle. Le candidat doit présenter aussi les différentes variantes de prises d’eau de mer et son rejet ainsi que  des tracés de conduites, avec une comparaison technico-économique de ces variantes. Les phases suivantes englobent l’élaboration de l’avant-projet sommaire (APS) et l’avant-projet détaillé (APD) ainsi que le dossier de consultation des entreprises (DCE).

38 MDH pour l’aménagement du pôle aquacole de Tiguert
C’est la société MEDZ, filiale du Groupe CDG, qui est le maître d’ouvrage délégué pour l’aménagement de ce futur pôle aquacole pour la valorisation et la transformation, alors que la Société mixte parc Haliopolis est le maître d’ouvrage du projet dans le cadre de la convention déjà signée.

Le porteur de projet se chargera de l’aménagement de l’assiette foncière pour la mise en place de cette base à terre et du centre d’expédition, de triage et de conditionnement des moules. Il est à noter que la création de l’écosystème aquacole dans cette zone (Baie d’Imi Ouaddar) est intiment liée à ce pôle dont le terrain a été déjà identifié par les parties prenantes.

À noter que les porteurs de projets se chargeront de l’alimentation et l’installation des conduites d’eau de mer. En vertu de cette convention multipartite, relative à la réalisation de ce pôle, le montant global estimé pour l’acquisition du foncier et son aménagement nécessitera 38 MDH.

Dans le détail, l’Aménageur-développeur de la zone (MEDZ) a mobilisé 18 MDH alors que la Région Souss-Massa et le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, à travers le Fonds de développement de la pêche maritime (FDPM), ont pris en charge 10 MDH chacun, sur deux années. Ces contributions seront versées à la Société mixte parc Haliopolis qui est le porteur de projet. Quant au prix de vente du terrain destiné  aux investisseurs, il a été fixé à 500 DH TTC.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page