Éco-Business

Plateformes portuaires : les armateurs turcs débarquent

Profitant de la position stratégique et des capacités de transbordement qu’offrent des plateformes comme Tanger Med, des compagnies maritimes turques se positionnent au Maroc. C’est ainsi qu’Akkon shipping et Medkon lines, notamment, ont rejoint Arkas, qui opère dans le Royaume depuis 2008. 

«À quelque chose malheur est bon», a-t-on l’habitude de dire. Si la flambée historique du fret maritime de ces derniers mois a été un coup dur pour l’économie nationale, à l’instar de celles du monde entier, elle a, au moins, permis de mettre en avant la position stratégique de certaines plateformes portuaires marocaines dans les flux maritimes internationaux.

C’est le cas des ports de Casablanca et Tanger Med. La longue distance séparant le Maroc de «l’usine du monde», qu’est la Chine, a incité certains armateurs à se positionner dans le Royaume, et capter ainsi une part de marché. C’est le cas, par exemple, de la compagnie maritime turque Akkon shipping Maroc. L’armateur turc, créé en septembre 2018, a lancé, depuis le mois d’août dernier, une ligne régulière Turquie-Italie-Maroc. Il dispose d’une flotte de 13 navires porte-conteneurs avec une capacité variant de 340 à 1200 EVP.

Auparavant actif surtout avec la Lybie, Akkon Shipping a rapidement compris l’intérêt de répondre à la demande sur l’axe Maroc-Turquie, qui a émergé, au plus fort de la crise, en tant qu’alternative rentable aux lointains et coûteux points de départ chinois.

Medkon Lines.
Profitant de la position stratégique et des capacités de transbordement et d’éclatement des cargaisons qu’offre des plateformes comme celle de Tanger Med, d’autres compagnies turques frappent à la porte. Citons, notamment, Medkon Lines, et Arkas, installée au Maroc depuis 2008. Même si le gros du trafic se fera à partir de Casablanca, la présence de Tanger Med attire et rassure sur la destination Maroc, notamment en ce qui concerne la possibilité de récupérer du flux en provenance des navires de transbordement.

Car, il faut le rappeler, Tanger Med abrite déjà les trois grandes alliances d’armateurs qui imposent leur rythme au transport maritime mondial. En effet, le shipping conteneurisé est actuellement sous la tutelle de trois conglomérats planétaires : «2M alliance», «Ocean alliance» et «The alliance», lesquels contrôlent 70% du trafic conteneurisé mondial.

Trois alliances majeures
«2M alliances» regroupe les mastodontes Maersk et MSC, alors que «Ocean Alliance» réunit CMA CGM, COSCO et Evergreen, tandis que «The alliance» est constituée de Hapag-lloyd, Ocean network express (ONE), Yang ming et Hyundai merchant marine. La présence de ces trois géants permet au port d’enregistrer un flux conséquent, dans un contexte de crise du Covid, suivie par la flambée du fret maritime.

Pour rappel, selon l’édition 2022 de la Lloyd’s list, qui retrace les performances annuelles des ports pour le trafic conteneur, le port de Tanger Med occupe la 1re place à l’échelle africaine et la 24e au niveau mondial, avec 7,17 millions d’EVP.

Avec son écosystème industriel diversifié qui lui sert de base de production, le port Tanger Med pourrait même renforcer sa contribution dans la valeur ajoutée du trafic maritime mondial, si une industrie navale parvenait à suivre les performances de la plateforme navale.

Rafraîchissement de conteneurs
Au-delà de la fabrication de conteneurs qui reste une piste à explorer, une autre activité est également détectée. Il s’agit du «rafraîchissement» de conteneurs. Autrement dit, leur remise en forme sanitaire, l’habillage et la signalétique (logos/identifiants OMI).

«À l’occasion du transit par le Maroc, notre système portuaire doit faire une offre de proposition pour en faire un hub de contrôle et de requalification des conteneurs vides au service du commerce mondial», renchérit le professeur Najib Cherfaoui, expert maritime.

Selon lui, «le rafraîchissement des conteneurs est une activité que le Maroc peut s’approprier pour créer un mécanisme inclusif créateur d’emplois, intégré à la dynamique de l’industrie maritime planétaire».

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page