Éco-Business

Perspectives stables pour le Maroc

L’agence américaine de notation a maintenu la note du Maroc à BBB-/A-3 avec perspectives stables, confirmant sa confiance en la stabilité du royaume.


Les analystes de Standard & Poor’s ont décidé le maintien de la note attribuée au Maroc, BBB-/A-3, avec perspectives stables, inscrivant l’exercice passé dans la continuité des efforts déployés par le royaume en matière de performances économiques et de stabilité sociale et politique. Ces efforts ont amené l’agence américaine de notation financière à constater le niveau de «qualité moyenne inférieure» à court et long termes, relatif à l’efficacité de la gouvernance, aux perspectives de croissance du produit intérieur brut (PIB) et au poids relativement maîtrisable de la dette publique.

Toutefois, Standard & Poor’s note que la baisse du PIB par habitant, l’augmentation de la demande sociale et la détérioration du déficit budgétaire, aggravée par l’accroissement de la dette extérieure, sont autant de causes constituantes formant le plafond de verre contre lequel le Maroc bute depuis des années. Les services de l’agence soulignent qu’en dépit d’un environnement politique et social apaisé, les manifestations des syndicats et les marches non violentes en protestation contre les changements opérés dans les secteurs de la Santé et de l’Éducation avaient déteint sur l’appréciation générale du cas «Maroc».

Standard & Poor’s souligne, dans les conclusions de son étude, que ces anicroches et les impacts négatifs qui en résultent, sont susceptibles d’accroître les défis sociopolitiques auxquels le gouvernement actuel devra faire face, notamment dans le contexte électoral et de l’échéance d’octobre 2016.

Cela dit, la confiance n’est pas entamée. «De notre point de vue, le Maroc a démontré sa capacité de résistance à un moment de bouleversements social et politique général dans le contexte régional du printemps arabe. Contrairement au reste de la région MENA, les manifestations au Maroc ont été contenues. Nous nous attendons à ce que l’environnement politique du Maroc, sous Mohammed VI, reste stable», conclut Standard & Poor’s, qui annexe à l’étude ses prévisions pour l’exercice 2016, faisant état d’un ralentissement de la croissance économique nationale à 1,8%.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page