Éco-Business

Nador West Med : Melilia prépare l’offensive

Les autorités en charge du port de Melilia ont annoncé leur projet d’extension des installations portuaires de l’enclave, en guise de riposte au lancement du projet Nador West Med.

Aes autorités de Melilia préparent la riposte face à Nador. Les autorités en charge du port de l’enclave se penchent sur un programme d’extension des installations portuaires du préside afin de contrecarrer son prochain rival, le port Nador West Med.


À cet effet, le gouvernement régional organise une conférence sur le projet, et ce, dans la perspective de dynamiser cet établissement. Il s’agit, de fait, de contre-attaquer suite au lancement du projet portuaire de Nador West Med. À travers cette restructuration, le terminal de Melilia devrait se doter d’une superficie supplémentaire de 25 hectares, grignotée sur l’espace maritime. Ces travaux devraient permettre, à terme, la création d’environ 2.500 emplois directs et indirects, selon les pronostics des instigateurs du projet. Un chiffre considérable compte tenu du fait que l’enclave est l’une des régions les plus touchées par le chômage en Espagne. Le président de l’autorité portuaire du port de Melilia considère cette réforme comme «l’un des plus importants projets pour le futur économique de l’enclave».

La démarche autour du terminal de Melilia n’est pas sans rappeler les grands travaux d’agrandissement qu’a connus le port d’Algésiras, au lendemain de l’annonce des travaux de construction du port Tanger Med. Selon les organisateurs de la rencontre visant à présenter les contours de ce projet, une étude a d’ores et déjà été élaborée par un cabinet international, dont les conclusions confirment la viabilité du projet et surtout sa rentabilité. Pour faire de l’ombre au rival marocain, le port de Melilia fait miroiter aux futurs opérateurs les avantages de ce terminal. Pour ses responsables, l’établissement jouit du statut de «port européen», et offre donc davantage de garanties «judiciaires» aux investisseurs. Toutefois, les plans de l’établissement ont de fortes chances de tomber à l’eau, vu qu’ils se heurtent à une série de problèmes techniques.

De prime abord, on retrouve la question des ressources énergétiques. Les responsables de l’établissement reconnaissent, à contrecœur, que le projet fait face à la cherté et surtout à la rareté des ressources énergétiques. La ville planifie déjà la diversification de ses ressources en misant sur les énergies renouvelables, mais rien n’est encore gagné. De plus, le projet est décrié par les écologistes la ville. Selon l’ONG locale Guelaya, la ville n’a pas besoin de procéder à ces travaux de réaménagement. De plus, ajoute l’organisme, le projet pèche par sa viabilité financière, sans oublier que les travaux peuvent porter préjudice à l’écosystème marin. L’ONG considère que ces plans, résultats de l’annonce du prochain port Nador West Med, sont des «investissements inutiles», ainsi que l’a mentionné la Cour des comptes européenne dans un audit. Celle-ci a mis en garde contre la dilapidation des fonds de la Banque européenne d’investissement (BEI) dans les investissements portuaires.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page