Éco-Business

Modernisation du CAFRAD : la BAD apporte son soutien

La Banque africaine de développement (BAD) soutient la modernisation du Centre africain de formation et de recherche administrative pour le développement (CAFRAD). Celui-ci a présenté sa nouvelle stratégie, jeudi dernier.

Le Centre africain de formation et de recherche administrative pour le développement (CAFRAD) procédera à une modernisation de sa stratégie. Pour ce faire, il sera accompagné par la Banque africaine de développement (BAD). Ainsi, dans le cadre de sa série d’activités financées par un don de 670.000 dollars, à travers son fonds d’assistance technique pour les pays à revenu intermédiaire, la BAD a organisé un webinaire, pour présenter le cas du financement de la modernisation du CAFRAD. Cet appui, souligne un communiqué de la Banque, a pour objectifs de renforcer les capacités d’assistance technique du centre et d’améliorer la qualité de ses programmes de formation. Cette opération a permis de réaliser un diagnostic institutionnel du CAFRAD, d’élaborer un plan triennal de transformation et de définir une stratégie de mobilisation des ressources. A ce propos, Ahmed Laamoumri, secrétaire général du département de la réforme de l’administration au ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration tient à rappeler que «le CAFRAD joue un rôle de catalyseur dans l’amélioration de la gouvernance africaine, en particulier dans le contexte actuel de crise. Un rôle primordial que le Maroc a toujours appuyé».


Pour sa part, Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l’Afrique du Nord, souligne l’importance de doter le continent d’un cadre de gouvernance de plus en plus renforcé pour optimiser la gestion. «C’est la priorité que nous poursuivons avec notre appui au CAFRAD, au bénéfice des institutions publiques africaines et, au-delà, les populations africaines», a-t-il déclaré. Créé en 1964, le CAFRAD est une institution intergouvernementale panafricaine dont le siège se trouve à Rabat et compte à ce jour une trentaine de membres. Son rôle est d’œuvrer à l’amélioration des systèmes de gouvernance et d’administration publique en Afrique. Le Centre s’est fixé l’objectif de fournir aux gouvernements africains des services de conseil pour les aider à développer leurs administrations. Il a, depuis sa création, mis en place une série d’activités de perfectionnement du personnel au profit des fonctionnaires au plus haut niveau du secteur public et dans une certaine mesure du secteur privé. L’adhésion est ouverte à tous les pays africains.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page