Éco-Business

Mehdi Elabed : “À travers l’ADMA, nous accompagnons les entreprises dans leurs projets de digitalisation”

Mehdi Elabed. Directeur général délégué d’Inetum au Maroc

L’année 2020 a nécessité des efforts importants de la part des entreprises à cause de la Covid-19. Comment Inetum a résisté à cette crise ? Avez-vous décelé du positif qui vous permettra d’accélérer sur des projets ?
Nous avons vécu une année 2020 très particulière avec la crise sanitaire. Comme partout chez Inetum, nous avons œuvré pour assurer l’accompagnement de nos clients au Maroc en proximité, dans la gestion de cette crise. Nous leur avons proposé des solutions digitalisées pour s’adapter aux nouvelles contraintes sur leurs activités. Et nous avons également assuré une continuité de service pour les aider dans la mise en œuvre de leurs chantiers et projets informatiques. Nous avons travaillé à une cadence assez poussée, et maintenu l’activité à périmètre égal, voire supérieur, par rapport à 2019. Certes, la crise a impacté l’économie mais elle a permis aux entreprises, et plus généralement aux organisations, d’ouvrir les yeux sur la nécessité de se digitaliser. De notre côté, c’est une opportunité pour faire valoir nos expertises, les aider à s’adapter, à les conseiller sur de nouvelles perspectives pour aller encore plus loin avec eux.


Compte-tenu de cette crise, quelles seront les tendances fortes de 2021 ?
Globalement, le digital a changé la manière de voir le business. Un des éléments importants de cette nouvelle normalité, c’est l’intelligence artificielle. L’intégration de l’intelligence artificielle dans les projets de digitalisation est à prendre en compte dans les années à venir. Chez Inetum, l’innovation est un élément qui nous permet de booster notre proposition de valeur. Nous travaillons sur des sujets tel que le smart agent avec par exemple des solutions pour accélérer / faciliter le déploiement chatbot, des sujets autour du data processing, la collecte de données, réalité virtuelle ou augmentée et le social robotic. Ce sont des sujets d’actualités sur lesquels nous accompagnons déjà les entreprises. Tous ces éléments reposent sur l’intelligence artificielle qui est déterminant dans le traitement, l’analyse et la valorisation des données et de l’information.

Quelles sont vos ambitions pour Inetum Maroc ?
Notre groupe est un multi spécialiste avec un portefeuille services de bout-en-bout pour transformer et cultiver les SI de nos clients, notre portefeuille d’offres est global. Au Maroc, l’idée est d’être au plus proche de nos clients, de manière forte sur nos spécialités, de renforcer notre proposition de valeur pour nos clients, et de pouvoir co-construire avec eux les solutions innovantes de demain. Grâce à l’ouverture récente de notre FabLab à Casablanca nous pourrons accompagner nos clients locaux à travers nos expertises afin de les aider à innover, avec des use-case sur des sujets avancés, moteurs du développement des nouveaux usages liés à la technologie dans le cadre de leur digitalisation.

Le post-Covid sera digital ! Mais toutes les entreprises sont-elles conscientes de la nécessité d’accélérer leur transformation ?
En fait, la conscience est venue par la nécessité. Le télétravail, a poussé les entreprises à accélérer leur digitalisation et l’adoption de certaines technologies. À mon sens, l’adoption du digital s’est accélérée avec le Covid. On parle depuis longtemps déjà de la transformation digitale, maintenant l’enjeu pour les entreprises est de s’adapter à un flow digital permanent dans un monde en constante évolution. Le processus de digitalisation est continu. Pour certains il faut s’adapter rapidement, pour d’autres il faut garder une longueur d’avance et continuer à moderniser ses processus dans les services publics et les grandes entreprises. Au Maroc, nous avons aujourd’hui une forte implantation locale avec près de 500 collaborateurs. Nous fédérons un portefeuille clients qui dépasse les 350 entreprises privées et opérateurs publics. Nous participons pratiquement à tous les grands chantiers qui sont en cours tels que les projets de digitalisation au sein des ministères, des organismes publics. Nous accompagnons également nos clients en télécommunications dans le développement de leur activité.

Dans le cadre de la volonté du groupe à développer l’Afrique et mettre en valeur les talents africains, Inetum lance l’Africa Digital Manager Award (ADMA). Quel intérêt y a-t-il à participer à ce concours ?
L’ADMA s’inscrit dans notre stratégie globale d’accompagnement que nous apportons aux entreprises dans l’accélération de leur digitalisation. Nous souhaitons leur apporter cet accompagnement avec nos experts et nos institutions qui sont présents dans plusieurs pays. Le digital, comme je l’ai précisé, est un axe de transformation de l’entreprise, nous encourageons donc les entreprises à participer à ce concours, à travers des projets innovants. L’ADMA a la chance d’avoir le soutien et le partenariat de la Confédération générale des entreprises du Maroc . Les candidatures ont été clôturées ce 28 février et nous avons reçu 51 dossiers (soit 51 projets), portant sur différents secteurs et qui mettent en avant des chefs de projets, des compétences africaines et des entreprises ayant réussis leurs projets de digitalisation. Nous espérons qu’il y aura un projet marocain parmi les trois gagnants !

Enfin, parlez-nous de vos attentes en 2021…
2020 a été une année importante pour nous puisque c’est l’année de la concrétisation et la consolidation de nos activités après les acquisitions de 2018-2019. Pour 2021, nous avons des objectifs de développement que nous souhaitons rendre opérationnels le plus vite possible. Le digital, sera au cœur de notre stratégie et nous nous appuyions sur l’innovation pour apporter rapidement une valeur commerciale concrète et durable à nos clients. À titre personnel, je suis fier de prendre la responsabilité des activités d’Inetum au Maroc. Nous avons de grandes ambitions dans ce pays mais aussi sur tout le continent africain. Imad Haddour a maintenant la charge du développement des activités et du renforcement de l’implantation du Groupe en Afrique. 

S.N / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page