Éco-Business

Marsa Maroc : le trafic cartonne au 1er trimestre

Le groupe a traité un trafic global en hausse de 10% au premier trimestre. Il en résulte un chiffre d’affaires consolidé de 815 MDH en hausse de 6 % en glissement annuel. L’endettement net du groupe s’est cependant alourdi à 1,49 MMDH en lien avec le tirage de la filiale Tanger Alliance effectué sur son crédit long terme.

Premier trimestre dans le vert pour Marsa Maroc. L’opérateur portuaire fait état au 31 mars 2021 d’un trafic global en hausse de 10%. Marsa Maroc et ses filiales ont ainsi enregistré un trafic global de pas moins de 10,9 millions de tonnes, dont 1,8 million réalisé par la filiale Tanger Alliance qui a démarré son activité au 1er janvier 2021.


Ce niveau d’activité traduit l’évolution des différents segments traités par le groupe. Le trafic conteneurisé domestique a connu une quasi-stagnation à +0,4% en atteignant 271.000 équivalent vingt pieds. Le trafic de transbordement réalisé par la filiale Tanger Alliance s’élève à 155 KEVP. Le trafic de vrac et conventionnel, quant à lui, a baissé de 9,6% sur la période, s’élevant à 6,5 millions de tonnes.

Cette diminution est attribuée selon le top management à la baisse des trafics des hydrocarbures, du charbon et des produits sidérurgiques, non impactés au premier trimestre 2020 par la crise du Covid-19. Au final, le chiffre d’affaires consolidé au premier trimestre 2021 s’élève à 815 MDH, en hausse de 6% par rapport à la même période l’an dernier.

Des résultats qui semblent être en ligne avec les prévisions établies par les analystes de CFG BANK. La banque d’affaires estime que le trafic manutentionné par Marsa Maroc pourrait cependant afficher une légère baisse de 2% en 2021. Et ce en raison notamment du recul de 7% des volumes de vrac solides relatifs à la normalisation du trafic de céréales, de la reprise progressive des volumes de vrac liquides avec une croissance de 4% ainsi qu’une légère hausse sur le segment conteneur (+1%). À cela s’ajoute, la baisse de 8% des trafics conventionnels, impactés essentiellement par les importations de produits sidérurgiques limitées par des mesures d’antidumping.

Suite à ces éléments, CFG Bank table sur baisse du trafic global traité par Marsa Maroc de près de 3% en 2021, avant une éventuelle reprise en 2022. La banque d’affaires reconnait toutefois le plein potentiel de Marsa Maroc et qui devrait être atteint durant les années à venir grâce au lancement de la nouvelle activité de transbordement lancée cette année. Le groupe pourrait, dans ce sens, connaitre « une hausse mécanique de son résultat, avec un RNPG devrait passer de 292 MDH en 2020 à près de 464 MDH en 2021 », estime CFG Bank.

Par ailleurs, le groupe maintient son effort d’investissement malgré le contexte actuel marqué par la crise sanitaire. Les investissements consolidés engagés par le groupe à fin mars 2021 ayant atteint les 60 MDH contre 38 MDH à la même période l’an dernier. L’endettement net s’est fortement alourdi pour atteindre les 1,49 MMDH, contre seulement 233 MDH au premier trimestre 2020. Il serait composé de 2,856 MMDH de dettes de financement et 1,36 MMDH de disponibilités. Cette lourde progression s’explique par la hausse des dettes de financement portées par « le tirage de 1,254 MMDH effectué par la filiale Tanger Alliance sur son crédit long terme », précise Marsa Maroc.

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page