Éco-Business

Marché monétaire : le déficit de liquidité poursuit sa dégringolade

Le déficit de liquidité bancaire a poursuivi son creusement la semaine dernière. Le marché primaire, quant à lui, n’a connu aucune levée du Trésor. Par ailleurs, la volumétrie a enregistré une contraction au niveau du marché.

Encore une fois, la semaine dernière a été agitée pour le marché monétaire. Le déficit de liquidité bancaire s’est alourdie davantage à -105 milliards de dirhams (MMDH), contre -97,9 MMDH une semaine auparavant. Cette régression intègre, notamment, la diminution des avances à 7 jours de 2,2 MMDH, se fixant à 48,58 MMDH. Ceci dit, sur la prochaine période, Bank Al-Maghrib devrait renforcer son intervention sur le marché monétaire avec l’injection de 51,6 MMDH sous forme d’avances à 7 jours contre 48,6 MMDH la semaine précédente. En outre, les placements du Trésor ressortent, la semaine dernière, en hausse avec un encours quotidien maximal de 14,7 MMDH au 11 octobre, contre un encours quotidien maximal de 11,7 MMDH courant la semaine d’avant. Pour sa part, le taux moyen pondéré (TMP) se stabilise autour de 2%, tandis que le MONIA s’est établi à 1,966%. Par ailleurs, il faudra noter que c’est la deuxième semaine consécutive sans levée de la part du Trésor, «vraisemblablement dans un contexte de persistance de l’inadéquation entre l’offre et la demande en matière de pricing des différentes lignes proposées», estime BMCE Capital Global Research.

La volumétrie s’est contractée
Au terme de la période précédente (4 séances uniquement), la volumétrie globale enregistrée sur le marché secondaire est ressortie en diminution à 9 milliards de dirhams, contre 14,7 MMDH enregistrés la semaine d’avant. Cette baisse est polarisée à hauteur de 41% par les échanges sur les maturités moyen terme. S’agissant de la courbe secondaire, il est à noter que les plus fortes variations observées durant la période passée en revue (du 6 au 12 octobre) ont été enregistrées à la hausse sur la ligne 2 ans (+13,5 points de base à 2,54%) et 52 semaines (-8,1 points de base à 2,30%). Il est à souligner, à cet effet, que l’inversion de la partie basse de la courbe des taux secondaires pour 52 semaines offre un rendement inférieur à la maturité 26 semaines.

Les prévisions obligataires
Le marché obligataire semble, pour le moment, suspendu aux anticipations des investisseurs quant à une nouvelle hausse du taux directeur, en décembre prochain, ainsi qu’à l’aisance relative et momentanée du Trésor. Justement, l’absence d’adjudication, pour la deuxième semaine consécutive, témoigne parfaitement de ce flottement. Et ce, en attendant davantage de visibilité tant sur les intentions que sur les besoins du Trésor pour les deux derniers mois de l’année au moment où le gouvernement a acté une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH, qu’il faudra également financer.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page