Éco-Business

Marché de gros aux poissons : Bras de fer entre les mareyeurs et la direction !

Le marché de gros aux poissons situé à Sidi Othmane est en ébullition. La situation «déplorable» suscitela colère des commerçants grossistes qui annoncent une grève si rien n’est fait pour répondre à leurs doléances.


«Si aucun dialogue n’est ouvert avec la direction, nous allons faire grève», préviennent des mareyeurs grossistes de poissons blancs au port de Casablanca. Ainsi, quatre associations professionnelles viennent cette semaine d’interpeller de nouveau le directeur de ce marché. Elles réclament une réunion d’urgence afin de trouver des solutions aux difficultés rencontrées par les professionnels dans ce marché, où, selon les dernières estimations, transitent quelque 60.000 tonnes de poissons blancs et pas moins de 400.000 tonnes de pélagiques.   «Toutes les tentatives ont été vaines.

Nous avons déjà adressé des lettres au directeur pour améliorer les conditions difficiles de ce marché, mais la direction refuse de relancer le dialogue avec les professionnels concernant ladite situation», déclare Redouane Rochdi, président de l’Association des mareyeurs grossistes au port de Casablanca. Cette situation a eu des répercussions sur les prix du poisson qui flambent pendant ce ramadan.    « Notre produit est vendu à même le sol car nous ne trouvons pas de place à l’intérieur de la halle pour exposer le poisson», dénonce Rochdi.

De fait, quelque 300 mareyeurs, qui détiennent des cartes professionnelles, ne trouvent pas de place à l’intérieur de la halle pour vendre leur produit. «Alors que ceux disposant d’un simple badge délivré par l’Office national des pêches (ONP) vendent leur produit dans la halle », ajoute-t-il. Dans un entretien accordé aux Inspirations ÉCO (édition du 16 septembre 2015), la directrice des marchés de gros aux poissons, Fatéma Agounate avait pourtant déclaré que le projet d’extension du marché serait entré dans sa phase d’exécution, ajoutant que ce n’était qu’une question de temps. Or sur le terrain à ce jour les mareyeurs n’ont encore rien vu venir dans ce sens. Résultat, les conditions de vente du poisson sur le marché laissent à désirer, selon les dires des professionnels qui ont également adressé à ce sujet une lettre à l’ONP. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page