Éco-Business

Les nouveaux défis des industriels

Lors de l’inauguration de la 6ème édition du Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire, Moulay Hafid Elalamy a encouragé les professionnels à produire de la nourriture en quantité et surtout de qualité.


C’est parti pour la 6e édition du Carrefour des fournisseurs de l’industrie agro-alimentaire ! Le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, en a donné le coup d’envoi hier à Casablanca, à l’espace d’exposition et de conférence de l’Office des changes, en présence du président de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), du vice-président de la Fédération nationale de l’agriculture (FENAGRI), du ministre centrafricain de l’industrie et du commerce actuellement en visite au Maroc et d’une forte assistance.

Dans l’allocution, Elalamy a noté avec satisfaction que le salon s’agrandit d’édition en édition avec de nouvelles innovations, mais «il faut continuer à aller de l’avant parce que l’enjeu de l’humanité d’aller vers une nutrition suffisante et saine est devenue stratégique», a-t-il précisé. Il n’est pas sûr que dans les décennies, voire les siècles à venir, que la nourriture soit suffisante pour assouvir les besoins de toute l’humanité.  Il n’est pas non plus sûr que la qualité alimentaire soit au rendez-vous.  Des scandales alimentaires portant sur des produits chimiques et des produits dangereux ont en effet défrayé récemment la chronique. Et donc la sécurité alimentaire devient de plus en plus préoccupante.

«Face à cette situation, la maîtrise de ce que l’on produit se situe au centre des débats. Maintenant, tout le monde veut manger light, léger (moins de sucre, moins de gras) et même parfois sans gluten et ce sont donc sur ces aspects là que doivent être orientés vers les travaux de recherche pour la transformation des produits agricoles ainsi que la conception des équipements», a-t-il suggéré. Elalamy en appelle aux industriels qui doivent gagner leur vie tout en préservant la santé de leurs clients. Et en relevant ce défi, ils peuvent profiter de plusieurs opportunités. Quelles sont ces opportunités ? Selon le ministre, elles sont énormes. La demande de produits agro-alimentaires est exponentielle à travers le monde sur beaucoup de produits.

«Le Maroc et de manière générale l’Afrique ont un important rôle à jouer pour satisfaire ce besoin grandissant. C’est pourquoi, j’ai fait de la valorisation de nos produits agricoles mon cheval de bataille, ce qui va nous permettre d’arrêter d’exporter des produits bruts», a souligné Moulay Hafid Elalamy qui prône la transformation locale des produits agricoles pour créer des emplois et en faire des produits agroalimentaires à haute valeur ajoutée destinés à l’export qui rapportent des devises et c’est pour aider les industriels à développer cet axe et saisir les opportunités que son département a signé, il y a un an, un contrat-programme 2017-2021 avec la FENAGRI. Un contrat-programme qui couvre toute la chaîne de valeur de l’écosystème agro-industriel avec un soutien fort à l’investissement inexistant jusque-là, un appui à l’exportation ainsi qu’un appui à l’innovation et à la certification.   

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page