Éco-Business

L’OPEP parvient à un accord «historique» pour limiter sa production

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Les États membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se sont entendus à Vienne pour réduire leur production, scellant après des mois de dissensions un accord indispensable pour faire remonter les prix, accord salué par une ouverture en hausse des places boursières jeudi.

C’est la première fois depuis 2008 que les 14 pays du cartel s’engagent à limiter leur production, coupant court au pessimisme de nombreux observateurs.


Cet accord a provoqué une hausse de près de 10% des cours de l’or noir au New York Mercantile Exchange, où le baril de WTI, la référence américaine du brut, a pris 4,21 dollars, soit 9,31%, à 49,44 dollars sur le contrat pour livraison en janvier. Les cours du pétrole étaient également orientés en légère hausse jeudi matin en Asie.

Les marchés ont eux aussi salué ces annonces en Europe: vers 17h05 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait ainsi 50,10 dollars à Londres, en hausse de 3,72 dollars par rapport à la clôture de mardi.

Globalement, les places boursières ont salué cet accord, avec une ouverture en hausse de 1,34% pour la Bourse de Tokyo jeudi matin et de 0,40% pour la Bourse de Hong Kong.

«C’est un très bon accord, à ma propre surprise!», a reconnu Bob Yawger, de Mizuho Securities, à New York, en résumant le sentiment général sur le marché.

L’accord sera effectif à compter du 1er janvier 2017, a déclaré le ministre qatari de l’Énergie Mohammed Saleh al-Sada, qui préside la conférence de l’OPEP, évoquant une décision «historique qui va certainement aider à rééquilibrer le marché et à réduire la surabondance des stocks» de pétrole.

L’OPEP va diminuer sa production de «1,2 million de barils par jour, pour porter son plafond à 32,5 millions de barils par jour». En octobre, le cartel avait produit 33,64 millions de barils.

Et l’organisation devrait, comme elle le souhaitait, entraîner dans son mouvement la Russie, le plus grand producteur mondial de pétrole, qui s’est «engagée à réduire de 300.000 barils» sa production, a annoncé le ministre qatari, après une réunion dans la capitale autrichienne.

Moscou a confirmé mercredi son intention de participer à l’effort dans le cas où le cartel tiendrait ses engagements. La Russie contribuerait ainsi pour moitié à l’objectif de réduction en volume (600.000 barils) demandé aux pays extérieurs à l’OPEP.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page