Éco-Business

Kia Seltos, le nouvel outsider

Lancé le mois dernier, le Seltos ne nous avait pas d’emblée séduit par sa belle carrure et sa liste d’équipements. Il a pourtant bien plus de choses à montrer, comme le sérieux de sa fabrication et l’homogénéité de son comportement. Compte-rendu d’une première prise en main convaincante.

Des SUV, il y en a partout sur les catalogues de quasiment toutes les marques. Sauf qu’ils n’offrent pas tous les mêmes avantages et prestations. Du coup, lorsqu’on voit ce qu’apporte le dernier-né de la gamme Kia Maroc, on peut alors s’intriguer sur ce qu’il vaut réellement et sur ce qui le distingue de son rival direct de chez Hyundai, le Creta. Entre la version de base (Motion) et la finition la plus huppée (Executive), notre choix s’est porté sur la configuration intermédiaire (Active). Indépendamment de sa dotation d’équipement, ce jeune coréen est d’abord désirable par son physique.

Petit, mais costaud
Un physique un brin musculeux comme le montrent les différents galbes de sa carrosserie. Outre les nervures travaillées du capot, on remarque des passages de roues bien rebondis et surtout l’épaulement très prononcé de la ceinture de caisse au niveau de l’arrière. Sous ce dernier angle, on apprécie aussi le décrochage de la ceinture de caisse vers la custode arrière et la forme des feux. La signature lumineuse frontale paraît encore plus sophistiquée avec ses projecteurs à LED effilés et entourés du chrome qui prolonge la calandre très typée de la marque. L’heureux hasard a voulu que notre modèle d’essai soit habillé de cette somptueuse teinte écarlate que l’on retrouve sur la brochure du Seltos et ayant pour nom commercial «Intense Red». Ajoutez à cela un toit noir et vous obtenez une belle combinaison à laquelle participent aussi des chromes ici et là, des rails de toit, des jantes alu’ de 17’’ et les phares antibrouillard. C’est dire si l’équipement est bien au rendez-vous.

Taillé pour la famille
D’ailleurs, hormis le régulateur de vitesse et les rétroviseurs qui sont rabattables électriquement sur cette finition, tous les principaux équipements de confort et de sécurité figurent d’office sur tous les Seltos. C’est le cas de la climatisation avec aérateurs aux places arrière, l’allumage auto des feux, l’alarme antivol, le radar de recul avec caméra et même l’écran tactile de 8’’ compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Bien loti, le Seltos l’est aussi en matière de volumes intérieurs avec un coffre d’une grande capacité (433 litres), malgré la présence d’une vraie roue de secours. Comme les autres occupants, le conducteur trouve son aise et profite d’une belle garde au toit. La présentation intérieure ne souffre d’aucune critique. Bien au contraire, le tableau est même idyllique avec des placages façon piano noir laqué sur la planche de bord et un décor en relief pour les haut-parleurs situés sur les contre-portes. À l’arrière, la banquette est taillée pour trois adultes qui y apprécieront l’espace dévolu aux jambes, mais aussi un certain sentiment d’intimité, du fait d’une ceinture de caisse haute.

Confortable et bien suspendu
Hauteur toujours, qui dit SUV, dit conduite surélevée au même titre que le centre de gravité. Cela n’empêche pas le Seltos de rester droit dans ses bottes et de ne pas céder au roulis. On est même surpris par sa tenue de route et son adhérence dans les virages. Servi par un 1.5 l CRDi de 115 Ch/250 Nm, ce petit colosse ne s’emballe pas à chaque accélération, certes, mais fait preuve de suffisamment de répondant. La boîte automatique apporte un plus au confort global de conduite, même si elle impacte légèrement la consommation avec 5,6 l/100 lm en cycle mixte, contre 4,9 l en version à boîte manuelle. Sans avoir la motricité d’un vrai 4×4, le Seltos sait s’aventurer sur la piste. Les routes goudronnées restent son terrain de prédilection, y compris celles des longs trajets autoroutiers. C’est finalement par sa polyvalence et son homogénéité que le Seltos sort du lot, tout en étant abordable. Accessible dès 219.000 DH, il s’affiche à environ 250.000 DH dans cette version qui devrait constituer le gros des ventes. D’ailleurs et aux dernières nouvelles, ce trouble-fête est en passe de réussir son pari, puisque son premier stock s’est totalement vendu au moment où le second arrivage est arrivé chez Kia Maroc. 

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page