Éco-Business

Industrie du papier : Bouffée d’oxygène pour Med Paper

Pour contrer les fortes importations de papiers en rame ou en bobine qui ont mis à mal la branche nationale, le gouvernement vient d’instaurer un droit d’importation additionnel ad valorem de 25% dès janvier 2017.


Med Paper a fini par avoir gain de cause. Dans la dernière livraison du Bulletin officiel, Mohamed Boussaid et Moulay Hafid Elalamy, respectivement, ministre de l’Économie et des finances et ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, ont signé la décision instaurant des mesures de sauvegarde contre les importations massives de papier en bobines ou en rame. À partir du 1er janvier 2017, et pour les quatre prochaines années, les importations de papier au royaume seront donc taxées d’un droit additionnel ad valorem de 25%, à l’exception des importations entrant dans le cadre d’articles d’édition. Le gouvernement a opté pour une application dégressive de cette mesure.

Ainsi, de 25% cette année, ils passeront à 22,5% au 1er janvier 2018, puis 20% au 1er janvier 2019, et 15,5% du 1er janvier à fin 2020. La décision du gouvernement fait suite à l’enquête du ministère délégué du Commerce extérieur. Suite à une plainte déposée par Med Paper, l’un des principaux producteurs nationaux, le département de Mohamed Abbou avait initié, le 9 juin 2015, une enquête de sauvegarde afin de déterminer si ledit papier a été importé en quantités tellement accrues au point de causer un dommage grave à la branche de production nationale.

Le constat était sans appel : «Les importations du papier en bobine ont augmenté de 97% en 2011, par rapport à 2010 et ont reculé de 12% en 2012 pour reprendre la hausse en 2013 et 2014, atteignant 100% au cours du 1er semestre 2015, comparativement à celui de 2014», conclut l’enquête. Pis encore, par rapport à la production nationale, «les importions de papier en bobine ont augmenté de 100% en 2011, par rapport à 2010 et de 123% en 2014, par rapport à 2013 pour atteindre une hausse de 230% au 1er semestre 2015, par rapport à la même période de 2014», lit-on dans le rapport d’enquête du ministère. La hausse spectaculaire des importations a mis à mal la branche locale. Ainsi, Med Paper a connu une dégradation notable de ses indicateurs, matérialisée par la chute du niveau de la production, des ventes en volume et en valeur, de la part de marché, du taux d’utilisation des capacités de production et de l’emploi et l’enregistrement de pertes financières.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page