Éco-Business

Groupe Renault: les ventes mondiales plongent au premier trimestre

Le groupe au losange et ses marques internationales font les frais du coronavirus avec une baisse à deux chiffres des ventes mondiales comme du chiffre d’affaires au terme du premier trimestre. Son Conseil d’administration renonce à distribuer des dividendes et se refuse à toute prévision de résultats pour 2020, année jugée «impossible à évaluer».

Le Groupe Renault (marques Renault, Alpine, Dacia, Lada, Renault Samsung Motors) annonce ses chiffres relatifs au premier trimestre 2020. Sans surprise, le chiffre d’affaires (CA) et les ventes accusent le coup dans une conjoncture mondiale marquée par la pandémie du coronavirus. Ainsi et dans les deux cas, il est question d’une baisse à deux chiffres avec un repli trimestriel de 19,2% pour le CA à 10,125 milliards d’euros et d’un plongeon de près de 26% (25,9%) des ventes à 672.962 véhicules, certes sur un marché mondial qui décroît de 24,6%.


Par régions, c’est la Chine qui enregistre la plus forte baisse trimestrielle, soit -50,5% à 21.157 véhicules vendus (contre 42.703 au 1er trimestre 2019). Ces ventes divisées de moitié ont poussé Renault à constater son échec dans l’Empire du Milieu et à prendre une importante décision : celle de cesser la production de ses trois SUV (Captur, Kadjar et Koleos) dans l’usine de Wuhan qui servira désormais à son allié, Nissan.

En Europe, les ventes du Groupe Renault ont plongé de 36% à 321.756 unités «avec une forte accélération de cette baisse en fin de trimestre en raison de l’arrêt de l’essentiel des activités industrielles et commerciales du Groupe», indique un communiqué.

Dans le reste du monde, le groupe a vu ses ventes reculer de 13,4 % au 1er trimestre, mais avec cependant une croissance sur certains marchés, rendue possible grâce à des nouveautés lancées durant le 2e semestre 2019. C’est notamment le cas en Russie où les ventes du losange ont cru de 9,2%, en bonne part grâce au succès du SUV-Coupé Arkana. En Inde, c’est le SUV de poche Triber qui a permis au Groupe d’augmenter ses ventes trimestrielles de 3,5%, malgré un marché local en fort repli (-22,8%). Face à ces indicateurs en baisse, le management du groupe a pris quelques mesures. Première décision, à la fois sage et logique en cette période de Covid-19, le Conseil d’administration a décidé de ne pas proposer la distribution de dividendes lors de l’Assemblée générale prévue le 19 juin prochain.

En outre et en raison des incertitudes liées à cette crise sanitaire mondiale et à ses conséquences dont la fermeture de plusieurs usines et une activité commerciale à l’arrêt, la firme au losange a «suspendu sa guidance pour 2020». En d’autres termes, impossible de faire des prévisions, puisqu’«à ce jour, l’impact qu’aura cette crise sur les résultats du Groupe est toujours impossible à évaluer», explique le constructeur dans son communiqué. Le même document ajoute que «le Groupe Renault communiquera une nouvelle guidance dès qu’il estimera être en mesure de le faire».


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page