Éco-Business

Groupe Al Omrane : 7 MMDH pour les provinces du Sud

Depuis son depuis son implantation dans les provinces du Sud, le groupe Al Omrane a engagé près de 7 MMDH, de nouveaux investissements sont dans le pipe pour assurer le développement de ces régions.

«Le Groupe Al Omrane a été chargé de la mise en œuvre de programmes pour l’État et les collectivités territoriales, avec un investissement d’environ 7 MMDH», a annoncé le président du directoire d’Al Omrane, Badr Kanouni, dans le cadre de l’ouverture des travaux de la 35ème Journée nationale de l’architecte, organisée par le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville et le Conseil national de l’Ordre des architectes. Il s’agit du programme relatif aux régions du sud et des projets inscrits dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du sud, en plus d’autres programmes du groupe. Les programmes mis en œuvre par le groupe dans ces provinces ont porté sur 145.000 ménages.


«60% de la population issue de ces provinces ont bénéficié de programmes de lutte contre l’habitat insalubre et d’amélioration des conditions de vie des citoyens», a précisé Kanouni.

Pour ce qui est des projets en cours, le président du directoire, a expliqué qu’Al Omrane œuvre actuellement, en coordination avec le ministère de tutelle et les régions du Sud sur un futur programme qui nécessitera des investissements supplémentaires pouvant atteindre 2,56 MMDH. Rappelons que l’État avait créé Al Omrane Al Janoub, qui est une société filiale du groupe, en vue de mettre en œuvre sa politique publique dans les provinces du sud et d’activer plusieurs programmes dans les secteurs de l’habitat et de la mise à niveau urbaine. Badr Kanouni a, dans ce sens, mis l’accent sur l’engagement du groupe qu’il dirige pour le développement des provinces du sud depuis plusieurs années. Pour rappel, la 35ème Journée nationale de l’architecte a été tenue du 13 au 15 janvier sous le thème «L’aménagement territorial post-Covid: Cas de la ville de Dakhla entre défis et perspectives». Elle a été l’occasion de souligner le rôle de l’architecte dans l’acte de bâtir à travers l’organisation de conférences, ateliers et débats, des concours d’idées permettant de mettre en place une feuille de route esquissant à moyen et à long terme les contours de la ville de Dakhla en tant que destination internationale et africaine.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page