Éco-Business

Filière sucrière : L’effet Plan Maroc Vert

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le groupe Cosumar affiche de bonnes performances au niveau de la production et à l’export. La production permet ainsi d’atteindre un taux de couverture des besoins nationaux à hauteur de 50%.


Le groupe Cosumar est sur un nuage. En effet, la production en sucre a réalisé des performances notables malgré des conditions climatiques qualifiées de difficiles. Cette situation se reflète par un chiffre d’affaires consolidé, durant le premier semestre 2016 de l’ordre de 3,667 MMDH. Selon les comptes arrêtés au 30 juin dernier, l’entreprise a enregistré une progression de ses ventes à l’export atteignant ainsi un volume de 136.000 tonnes. C’est dans cet état d’esprit que Cosumar compte augmenter la capacité de raffinage de son usine de Casablanca, à partir du deuxième semestre de l’année 2017.

D’autres investissements industriels sont prévus avec la mobilisation de 1,80 MMDH afin d’améliorer la compétitivité et la flexibilité de son outil industriel. Le sucrier national, en tant qu’agrégateur de la filière, est fortement engagé dans le cadre du contrat-programme sucrier et dans le Plan Maroc vert. C’est ce qui a sans doute permis de réaliser des performances exceptionnelles cette année. La production permet ainsi d’atteindre un taux de couverture des besoins nationaux à hauteur de 50%. Le groupe Cosumar compte bien consolider ses performances au cours du deuxième semestre de l’année en cours.

D’ailleurs, les préparatifs pour l’année agricole 2016/2017 sont déjà annoncés avec comme premier objectif l’accompagnement des agriculteurs dans leurs cultures surtout betteravières. Dans ce sens, la culture de la betterave à sucre est devenue très performante au niveau de la Région Casablanca-Settat, avec plus de 40% de la production nationale. La valorisation de la betterave est réalisée dans la zone des Doukkala grâce à la présence de l’usine de sucre Cosumar à Sidi Bennour, d’une capacité de 15.000 tonnes/jour, qui peut atteindre 18.000 tonnes/jour pendant le pic de transformation. Cette usine est la plus importante en Afrique. 


Bonne performance dans les Doukkala
La culture betteravière a atteint, au cours de la campagne agricole en cours (2015-2016), des performances record dans les Doukkala dépassant des rendements de 85 t/ha, au lieu de 73 t/ha une année auparavant (www.leseco.ma). Les principaux résultats enregistrés dans la Région Casablanca-Settat attestent de ces performances avec, tout d’abord, une production racines d’1,7 million de tonnes au lieu d’1,4 million, au cours de la campagne précédente, et une teneur en sucre de l’ordre de 18,1% tandis que le rendement brut en sucre bat aussi des records avec 14 t/ha. Pour sa part, la valeur de la production est de 42.000 DH/ha, au lieu de 35.000 DH/ha l’année dernière, soit une valeur globale de production de l’ordre d’1 MMDH. En somme, la production de sucre a presque doublé ces cinq dernières années, au moment où la superficie a augmenté uniquement de 10%. Il est à préciser que la superficie réalisée est de 18.900 ha et a concerné environ 20.000 agriculteurs. La production de sucre de la région est ainsi passée de 113.000 tonnes, réalisée en 2013, à 187.000 tonnes en 2015 et 230.000 tonnes cette année. Par ailleurs, la mécanisation de l’arrachage a atteint 40% cette année. Il faut dire que le Plan Maroc vert a favorablement impacté la bonne réalisation du secteur, en particulier au niveau de l’organisation de la filière à travers le système d’agrégation.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page