Éco-Business

Faissal Sehbaoui : “Au Maroc, l’agriculture de précision est en pleine expansion” 

Faissal Sehbaoui
Directeur Général d’AgriEdge

 

Quelle lecture faites-vous de l’évolution du secteur de l’Agritech au Maroc ?
Depuis l’Indépendance du Maroc, les pouvoirs publics ont déployé de grands efforts pour le développement du secteur de l’agriculture à travers, notamment, le Plan Maroc vert (2008-2018) et Green Generation (2020-2030). Ce dernier programme a fait de l’agritech sa grande priorité. Au Maroc, l’agriculture de précision est en pleine expansion et fait appel à des outils d’agritech tels que les drones, les capteurs, l’imagerie, les satellites, et bien d’autres, le tout associé à une intelligence artificielle qui s’occupe de l’analyse des données et émet des consignes à l’agriculteur sur les actions à entreprendre selon la problématique traitée. A présent, nous avons une dizaine d’entreprises qui développent et vulgarisent ces nouvelles technologies pour faire face aux enjeux agronomiques, environnementaux et économiques. Il s’agit ainsi d’optimiser la production agricole, de diminuer l’empreinte écologique de l’activité agricole et d’améliorer les revenus des producteurs.

 


 Quels sont les efforts fournis pour se mettre au diapason, notamment, à l’échelle continentale?
Les entreprises agritech marocaines sont bien présentes sur le continent africain et ambitionnent de faire profiter les agriculteurs africains des retombées positives des nouvelles technologies. Ces entreprises interviennent dans les domaines de développement de l’écosystème agritech africain à travers, à titre d’exemple, des concours et challenges ouverts aux jeunes africains porteurs de nouvelles idées dans les volets Intelligence artificielle, Iot, robotique et gestion du big data. Ou encore, l’installation des systèmes d’irrigation de précision semi à automatiser pour une utilisation  efficiente de la ressource eau.

 

Sur quoi porteront les prochaines éditions de Filaha Innovation ?
Les prochaines éditions, nous envisageons un lancement au niveau régional et sur des problématiques spécifiques. Les deux premières éditions, qui ont été pour nous des éditions exploratrices, nous ont permis de découvrir la diversité des problématiques AgriTech que nous avons en Afrique et aussi la richesse des solutions en cours de développement. De ce constat, nous avons déduit qu’un programme qui reste macro aurait un impact limité, d’où notre choix d’aller vers des éditions spécifiques.

 

Maryam Ouazani / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page