Éco-Business

Économie: Pour le CMC, la croissance ne dépassera pas 1,2% en 2016

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
L’agriculture sera fortement marquée cette année par le déficit pluviométrique./DR

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) est clair là-dessus: la croissance de l’économie nationale ne pourra pas dépasser 1,2% cette année, un chiffre presque identique aux prévisions du Haut-commissariat au Plan (1,3%). Une faible croissance imputable à «une forte contraction du cycle de production», explique le CMC dans son spécial portant sur la «tendance de la croissance économique en 2016», qui vient de paraître.

«Le déficit pluviométrique particulièrement sévère au cours des derniers mois pèsera lourdement sur les performances du secteur agricole, les revenus et la demande», craint le CMC. En effet, à ce jour, le déficit pluviométrique est de 63% par rapport à l’année dernière. Afin de faire face à une sécheresse qui se fait de plus en plus sentir, le gouvernement vient de débloquer une enveloppe de 5 MMDH.


«La perspective de contraction de l’activité sera d’autant plus marquée que le secteur non-agricole, qui fait face à un affaiblissement de la demande tant au plan interne qu’externe, ne sera que d’un apport limité pour compenser le déficit prévisible de production», soutient le CMC.

La contraction de la croissance, estimée à 3,8 points par rapport à l’exercice 2015, aura «d’importantes répercussions sur les revenus, les niveaux de vie et l’emploi», souligne le CMC.

Dans son spécial portant sur la «tendance de la croissance économique en 2016», le Centre marocain de conjoncture s’est également intéressé à l’attractivité du Maroc. «Sur les dix dernières années, le montant moyen des IDE n’a pas dépassé le seuil de 30 MMDH et le montant moyen annuel des investissements n’a été que de 220 MMDH», fait remarquer le centre. Ainsi, précise le CMC, «des réformes importantes ont été réalisées par les pouvoirs publics sur les quinze dernières années dans plusieurs domaines, mais le chemin à parcourir reste encore long pour avoir une attractivité économique assez forte».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page