Éco-Business

Driss Jabar : “Le marché du transport est très fragmenté et opaque”

Driss Jabar
Fondateur de CloudFret

Cloudfret a récemment procédé à une levée de fonds de 1 million de dollars, dans l’objectif de bâtir le réseau n°1 du fret entre l’Europe et l’Afrique. Son fondateur dévoile ses ambitions et nous livre son avis sur la situation du marché du transport. 


Quelle est l’origine de la création de CloudFret, et à quelle problématique voulez-vous répondre ?
CloudFret est née du constat des retours à vide des camions de transport de marchandises. 30% des poids lourds qui circulent sans charge, c’est une aberration économique et écologique. Une perte de chiffre d’affaires pour les transporteurs et un désastre pour l’environnement, surtout que le transport est le deuxième secteur le plus polluant au monde.

Comment jugez-vous le comportement du marché à date d’aujourd’hui ?
Le marché du transport est très fragmenté et opaque. 90% des sociétés y sont de taille familiale et disposent de moins de deux camions. Les marges et les prix pratiqués sont opaques et peu homogénéisés. Ces sociétés sont confrontées à des difficultés commerciales. Ne pouvant pas accéder directement à des clients, elles sont contraintes de passer par des courtiers de fret traditionnels qui affrètent pour des entreprises.

Cette intermédiation, peu contrôlée, est en fait réalisée par des individus sans autorisation de pratiquer ce métier réglementé, ce qui nuit ainsi à la qualité de service et crée une fracture dans la confiance des acteurs du secteur avec des problématiques de créances impayées, d’insolvabilité et de fiabilité… De ce fait, les transporteurs se retrouvent démunis et certains déposent le bilan faute de ressources suffisantes pour développer leurs activités.

Qui est derrière la mise en place de la plateforme numérique CloudFret ?
J’ai été derrière la création de CloudFret, avec un objectif, celui de réduire les retours à vide des camions de manière collaborative. Avec l’aide de mon associé et le support de notre premier investisseur, nous avons pu réaliser les premières transactions et fidéliser une large communauté de transporteurs fiables.

Quelle est la valeur ajoutée du lancement prochain de la marketplace et quels seront vos partenaires en termes d’assurance, carburant…?


L’objectif du lancement de la marketplace est d’élargir nos activités en intégrant les offres spots de transport routier ainsi que les demandes maritimes et d’embarquer davantage de transporteurs dans notre communauté connectée.

À noter que celle-ci va bénéficier prochainement de services supplémentaires comme une carte carburant (avec réduction et paiement différé) et une assurance marchandises au meilleur prix du marché. Cette marketplace permettra de démocratiser l’accès aux appels d’offres de fret en apportant de la transparence dans les transactions.

Vos perspectives sont ambitieuses, et vous parlez de nouveaux  investisseurs. Donnez-nous plus de détails dans ce sens ?


Après avoir bouclé un pre-seed à 10 MDH, nous préparons déjà le seed round et partons en roadshow les 14 et 15 juillet en Grèce pour convaincre de nouveaux investisseurs internationaux de rejoindre le tour de table, comme General catalyst, Accel, Hedosophia, Softbank, Insight partners, Global founders capital, Eurazeo et d’autres. Le but étant de lever plus de fonds et d’investir massivement pour gagner une plus grande part dans le marché du fret entre l’Europe et l’Afrique.

L’étendue de Cloudfret 

Lancée en 2021, CloudFret a déjà séduit une communauté fiable de transporteurs marocains et espagnols avec une flotte de 4.000 camions. Son objectif est de disposer de 10.000 camions actifs d’ici 2023. Par ailleurs, à date d’aujourd’hui, l’entreprise compte 58 clients réguliers du côté des chargeurs, présents dans six pays : Espagne, Maroc, Sénégal, Portugal, France, et Italie.

Elle leur propose de numériser leurs ordres de transport, de suivre et piloter leurs expéditions et d’accéder facilement à un réseau fiable et étendu de transporteurs. La startup apporte de la transparence dans les transactions de fret, et permet aux chargeurs de réaliser des économies d’échelle, aux transporteurs un chiffre d’affaires supplémentaire, et à l’environnement de mieux respirer grâce à l’optimisation des kilomètres parcourus à vide par les camions.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page