Éco-Business

Crédit du Maroc : De grands chantiers pour 2017

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

CDM s’apprête à entamer la nouvelle année qui s’annonce riche en réalisations. Du changement de signature au projet de banque participative en passant par la digitalisation, la filiale entend accélérer la cadence sur l’exercice à venir.


Crédit du Maroc (CDM) tient ses résolutions pour 2017. La filiale du groupe français Crédit Agricole accueillera l’exercice prochain par un changement de signature, remplaçant «Le bon sens a de l’avenir» par «Toute une banque pour vous». CDM portera ainsi le même étendard que sa société-mère pour se préparer à la bataille, rude, qui l’attend sur le chantier de la banque participative. Retenant son souffle la veille de l’annonce par Bank Al-Maghrib (BAM) de sa décision sur ce dossier, CDM se tient aujourd’hui prête à entamer la course de la performance et de l’innovation aux côtés des 9 autres institutions bancaires dépositaires de la demande d’agrément, dont Attijariwafa bank, la Banque Centrale Populaire (BCP), CIH Bank et BMCE Bank Of Africa. Si ce segment de marché leur est ouvert, certaines de ces banques opteront pour l’organisation par filiation afin de mener leurs activités indépendamment de leurs principales exploitations longtemps rodées aux besoins spécifiques du plus clair de leurs portefeuilles clients. D’autres comme CDM, confie le management de la filiale aux Inspirations ÉCO, «s’organiseront selon le format window».

Ce dernier, contrairement à la logique de la filiation, favorise l’idée d’une «banque dans la banque», et connecte les offres à créer et à proposer aux autres offres existantes, complémentaires, desquels CDM est déjà munie. L’idée est de garder intact le cœur de métier de la banque tout en couvrant l’ensemble des demandes formulées, y compris celles relatives aux produits participatifs. Quelle approche sera la plus efficace? Réponse dans les jours qui viennent puisque Abdellatif Jouahri, wali de BAM, avait promis le lancement au Maroc des pratiques participatives avant fin 2016, sous-entendant une réponse favorable aux demandes d’agréments précédemment citées avant cette échéance. D’un autre côté, CDM entend asseoir, en 2017, l’avance qu’elle a sur ses concurrents dans le chantier de la digitalisation, et développer davantage son deuxième métier, en l’occurrence la bancassurance. Sur ce volet, CDM poursuivra les chantiers et les réalisations afin de tenir ses objectifs contenus dans son plan stratégique CAP 2020.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page