Éco-Business

Construction : la baisse de l’activité persiste

La situation se corse pour le secteur de la construction, dont les opérateurs ne voient toujours pas le bout du tunnel. Les dernières statistiques révèlent que l’activité immobilière demeure plombée par des ventes de ciment en repli. 

Le moral des promoteurs immobiliers n’est pas au beau fixe avec des indicateurs du marché de la construction qui n’augurent rien de bon. Perturbations conjoncturelles internationales oblige, la flambée des prix des matières premières et les problèmes d’approvisionnement ont impacté un secteur qui peine à sortir d’une crise qui a paralysé l’activité des mois durant. En effet, selon les dernières statistiques disponibles, l’activité poursuit son trend baissier, dû principalement à la réduction des ventes de ciment.

La note de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relative au mois de septembre, indique qu’en dépit d’une légère atténuation enregistrée en août, le secteur continue d’en pâtir. La tendance, globalement à la baisse, des ventes de ciment, entamée à partir du mois de mars, se poursuit.

Dans le détail, ces ventes ont diminué de 5,4% en août, après avoir enregistré une baisse de 12,4% entre mars et juillet. Au terme des huit premiers mois de l’année, les ventes de ciment se sont repliées de 7,2%, après une hausse de 5,8% à fin février 2022. Pour rappel, elles avaient enregistré une croissance de 19,3% à fin août 2021. Comparativement à leur niveau pré-crise, elles sont en retrait de 7,7%.

L’atténuation de la baisse, en glissement annuel, enregistrée au cours du mois d’août de cette année, tient, notamment, à la bonne performance enregistrée dans les ventes des segments du béton prêt à l’emploi (+31%), du bâtiment (+17,6%) et de l’infrastructure (+11%), lesquelles ont atténué les reculs enregistrés dans la commercialisation des segments «distribution» (-15,7%) et préfabriqué» (-2,7%). À fin août, les ventes cumulées du «bêton prêt à l’emploi» et de «l’infrastructure» ont évolué, respectivement, de +5,4% et +6,7%.

Le moral à zéro
Ces données sont corroborées par l’enquête trimestrielle de conjoncture élaborée par le HCP. Il en découle qu’au titre du 2e trimestre 2022, l’activité «construction» aura connu une stabilité, due au maintien du niveau enregistré dans le «génie civil» et à la hausse d’activité constatée dans la «construction de bâtiments». Une tendance qui se reflète dans les carnets de commandes qui seraient, cependant, en deçà de la normale. Quant à l’emploi, il se serait maintenu au même niveau. Dans ces conditions, l’utilisation des capacités de production (TUC) dans le secteur se serait établie à 75%.

À noter que les prévisions, au titre du troisième trimestre, ont fait ressortir la crainte d’une chute de l’activité qui serait due, principalement, à la contraction de l’activité attendue dans le «Génie civil». Cette évolution serait accompagnée par une stabilité des effectifs. Au 3e trimestre, l’enquête du HCP indique que 42% des chefs d’entreprise, opérant dans le secteur, rencontreraient des difficultés d’approvisionnement en matières premières. Et les choses ne sont guère plus reluisantes pour ce qui est de la trésorerie que 66% d’entre eux jugent difficile.

C’est dire que le secteur de l’immobilier peine à trouver une issue de secours et les professionnels du secteur ne semblent guère au bout de leur peine. Les cours à l’échelle internationale continuent d’atteindre des sommets, laissant les opérateurs quelque peu dubitatifs. Ainsi, la relance tant espérée n’est pas d’actualité, la situation du marché évoluant au gré de l’inflation.

Maryam Ouazani / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page