Éco-Business

Comment rendre les bâtiments plus «intelligents»

La 2e édition du symposium Fibre Optique et bâtiments intelligents est prévue le 24 mai. Outre les opérateurs de téléphonie, l’événement réunira également des spécialistes du bâtiment ainsi que des promoteurs immobiliers. Les débats s’articuleront autour de la généralisation du très haut débit.


Sensibiliser les promoteurs immobiliers et les spécialistes du bâtiment mais aussi les acquéreurs, les locataires et les utilisateurs sur les avantages de la fibre optique pour l’accès au très haut débit. Tel est l’objectif que s’est fixé le symposium «Fibre optique et bâtiments intelligents» pour l’édition 2016, prévue le 24 mai. Une mission en vue de laquelle AOB Group, l’organisateur de l’événement, s’est attaché l’expertise de spécialistes marocains et étrangers des secteurs de la téléphonie, des BTP et de bureaux d’études, à l’instar de Didier Dillard, directeur de la réglementation Orange France, Gianni Cecchin, DG de Teleco Espagne et Ahmed Khaouja, ex-directeur technique de l’ANRT et expert télécom LTE.

Environ 300 participants échangeront sur les questions de la généralisation du très haut débit, la relation entre le déploiement de la fibre optique et l’attractivité au Maroc, l’expérience marocaine de la régulation de la FTTH ainsi que les projets phares en termes de bâtiments connectés dans le royaume. «L’enjeu est de démocratiser l’accès à la fibre», insiste Afifa Ouazzani Boutaleb, DG d’AOB Group. Une vision qui se traduit par ailleurs par le choix du thème «Généraliser le très haut débit partout et pour tous». Il faut rappeler que, selon les chiffres récents de l’ANRT, le nombre d’abonnés Internet au Maroc s’élève à près de 14,5 millions de clients tous opérateurs confondus, mais à peine plus de 1,16 million de clients pour l’ADSL avec un taux de pénétration Internet actuel de 42,78% et une croissance annuelle de 40,33%.

Le rapport révèle par ailleurs que le royaume dispose de plus de 33.000 km de réseaux en fibre optique servant principalement aux liaisons entre les stations, de câbles sous-marins qui permettent aux abonnés d’atteindre un débit de 100 mégas. Cela signifie que, pour parvenir à un chiffre de 50% des foyers marocains connectés au très haut débit (soit entre 30 à 50 mégas), les opérateurs télécoms devront consentir des investissements énormes dans la fibre optique.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page