Éco-Business

CFC Africa Insights. Comment la digitalisation progresse en Afrique

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Casablanca Finance City vient de dévoiler son 6e rapport de la série CFC Africa Insights, ‘’Rising to the Digital Challenge in Africa’’ en partenariat avec Boston Consulting Group, cabinet international de conseil en stratégie et membre de la communauté CFC depuis 2012.

Le 6e rapport de la série CFC Africa Insights vient d’être rendu public par Casablanca Finance City à l’occasion d’un webinaire organisé par le hub financier et économique et Boston Consulting Group (BCG). Ce rapport s’intéresse notamment aux opportunités à saisir pour une Afrique résiliente, souligne un communiqué conjoint.


Réunissant des experts de différentes sociétés membres de la communauté CFC, dont BCG, SAP, Orange, et des institutions africaines telles que Kigali Innovation City, ce webinaire a été l’occasion d’aborder les défis et opportunités de la digitalisation en Afrique comme conséquence de la pandémie de Covid-19. Selon les experts, si le continent accuse un retard par rapport à d’autres régions en termes d’adoption et de maturité digitales, cela est dû à une infrastructure de connectivité insuffisamment développée, un manque de confiance envers les fournisseurs de services numériques et une pénurie de talents digitaux.

Cependant, notent les experts, optimistes, il existe en Afrique une volonté naissante de rattraper ce retard. Ils estiment que l’adoption du digital et la construction des infrastructures sont plus rapides en Afrique que dans d’autres régions, soulignant que la crise de la Covid-19 a accéléré l’adoption du digital. À ce propos, Patrick Dupoux, Managing Director and Senior Partner, Head of Africa au BCG, a indiqué: «Notre recherche montre que la digitalisation arrive plus vite en Afrique que dans toute autre région du monde.

Cela crée des possibilités stimulantes pour les consommateurs et les entreprises, y compris une chance de passer outre des technologies plus anciennes et tracer une voie uniquement africaine. L’adoption rapide du paiement mobile n’est qu’un exemple de la façon dont le digital est sur le point d’améliorer la vie». En outre, les experts ont appelé les entreprises et gouvernements africains à coordonner leurs efforts sur trois fronts afin de réussir la digitalisation en Afrique.

Il s’agit, dans un premier temps, de créer des opportunités d’affaires à grande échelle, notent-ils, soulignant qu’une taille de marché importante est incontournable pour rendre les modèles économiques du numérique viables et durables sur un continent qui dispose de nombreuses frontières et est moins peuplé que d’autres. Ensuite, les experts recommandent aux entreprises et gouvernements d’alimenter et d’attirer les talents digitaux, ce qui, selon eux, nécessitera un éventail complet d’initiatives au niveau des entreprises et des pays.

Enfin, il s’agira pour les entreprises de construire des écosystèmes et des pôles d’innovation encourageant toutes les parties prenantes, à savoir les gouvernements, les entreprises, les investisseurs, les incubateurs, les universités et les opérateurs privés. Le but de ce 3e point est d’œuvrer ensemble pour libérer le potentiel des services digitaux en améliorant l’accès aux options de financement, la réglementation et la technologie, font-ils savoir. Pour sa part, Saïd Ibrahimi, CEO de Casablanca Finance City, a déclaré : «En seulement quelques mois, la crise de la Covid-19 a entraîné des changements majeurs dans la manière avec laquelle les entreprises font affaires. Dans un autre contexte, cela aurait pris des années. En tant que centre financier africain, nous sommes convaincus d’avoir un rôle clé à jouer dans l’établissement d’un environnement favorable aux affaires, permettant la création de valeur et favorisant l’innovation en vue d’accompagner l’accélération digitale de notre continent».

Par ailleurs, le rapport de CFC souligne que les secteurs privé et public doivent mettre en place une coordination régulière et stratégique. Ensemble, ils peuvent construire un écosystème pour aider les entrepreneurs et startups en améliorant les options de financement, la réglementation et la technologie, conclut le rapport. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page