Éco-Business

Céréales : L’offre française en chute libre

Cette année, les importations marocaines de céréales en provenance de France vont accuser une baisse, conséquence de la mauvaise récolte de producteurs français. Le Maroc devra se tourner vers d’autres pays pour combler son déficit même si les exportateurs français entendent stabiliser leurs parts de marché.


Les importateurs marocains de céréales françaises ont du souci à se faire. L’offre hexagonale ne sera pas au rendez-vous cette année, à la suite de la mauvaise campagne enregistrée par le pays. C’est ce qui a été mis en avant, hier à Casablanca, lors de la rencontre annuelle franco-marocaine des céréales. Les exportateurs français ont pourtant fait le déplacement en nombre et ont pu échanger avec les opérateurs marocains au cours de l’évènement qu’organise régulièrement France Export Céréales. En présentant l’offre française de cette année, les exportateurs français n’ont pas manqué de relever que la récolte de cette année présente des «caractéristiques extrêmement atypiques par rapport aux habitudes de la récolte française». Suite à des conditions climatiques défavorables qui ont affecté l’Europe et notamment l’Ouest de la France, les volumes récoltés ont accusé de fortes baisses, ce qui impacte l’offre à l’export notamment pour les principaux partenaires, comme le Maroc. «Des volumes en forte baisse et des qualités plus hétérogènes que d’ordinaire», selon un expert français, ce qui pourrait permettre à la collecte de «répondre seulement à une partie de la demande traditionnelle de nos acheteurs internationaux».

Stocks mondiaux
En somme, donc, il va falloir faire avec, mais pour les opérateurs français, il n’est pas question de laisser tomber un partenaire important comme le Maroc. Il faut dire qu’avec une moisson également moins importante que d’habitude avec 1,8 million de tonnes de blé tendre cette année, contre 5,5 millions de tonnes en 2015, le Maroc, déjà importateur structurel de céréales, va devoir se tourner vers d’autres marchés. «Bien que connaissant une année difficile, la France mettra tout en œuvre pour rester un partenaire historique et un fournisseur incontournable du Maroc», a tenu à rassurer Jean-Pierre Langlois-Berthelot, le président de France Export Céréales.

Pour ce faire, les opérateurs français entendent miser sur la qualité de leurs offres. Fort heureusement pour le Maroc, la situation est plus reluisante ailleurs. Sur le marché mondial et en ce début de campagne 2016-2017, le bilan est lourd selon les experts français. En cause, les stocks de fin de campagne sont conséquents suite à deux années record, 2014 et 2015. La production mondiale 2016 s’annonce également importante en volume, ce qui est de nature à baisser les prix sur les marchés mondiaux. «Cela représente une opportunité pour les pays acheteurs dont le Maroc», se rassurent les opérateurs. Il faut dire que dans les échanges, les importateurs marocains pensent déjà à d’autres marchés, comme le marché russe pour combler leur déficit.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page