Éco-Business

CDG : les députés livrent leur diagnostic

La Commission de contrôle des finances publiques a finalisé son rapport sur la CDG. Plusieurs recommandations visent à recentrer la Caisse sur ses prérogatives.

La Commission de contrôle des finances publiques a livré son diagnostic sur la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Le rapport de la Commission, élaboré sur la base des données de la Cour des comptes et adopté à l’unanimité par les membres, a d’ailleurs été débattu lundi lors d’une séance dédiée. Les conclusions majeures de la 9e commission parlementaire s’articulent autour de l’approche suivie en matière «d’évaluation des risques, qui devra faire l’objet de mise à jour», ainsi que le «recentrage de la CDG sur ses missions de base». Entre autres constats, la Commission relève que le système du contrôle interne reste à améliorer, notamment en ce qui concerne les filiales de la CDG. Pour le député de l’Istiqlal, Lahcen Haddad, «le compromis obtenu par les membres de la Commission est une véritable feuille de route pour la CDG, pour cerner plusieurs dysfonctionnements structurels en matière de gestion et de gouvernance, mais aussi plusieurs lacunes juridiques». Pour atteindre cet objectif, il est notamment préconisé pour la CDG de s’ouvrir davantage sur les collectivités territoriales. Pour l’ancien ministre du Tourisme, la démarche de la Commission est motivée par le fait que les députés veulent que la «CDG retrouve sa place en tant qu’acteur incontournable des investissements productifs». Pour d’autres composantes parlementaires, la question des filiales est majeure.


Le député Abderrahmane El Harfi, du Rassemblement constitutionnel, part du fait que la CDG dispose actuellement de 165 filiales dans plusieurs secteurs, pour souligner la nécessité de revoir le modèle de gouvernance stratégique de l’entreprise. Pour rappel, celle-ci a fêté sa 62e année, le 10 février, après sa création en 1959. Parmi les points cruciaux du rapport, figure l’absence d’études et de documents nécessaires pour assurer une plus grande visibilité à la CDG. La Commission a aussi appelé à appliquer les recommandations déjà émises par le rapport
de la Cour des comptes de l’année 2019, par lequel la plus haute juridiction financière avait souligné la nécessité de mettre à jour le guide de procédures internes.

Benchaâboun s’engage sur plusieurs objectifs

Lors de sa réponse aux remarques des élus, le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun a affirmé que la CDG a déjà entamé le regroupement des filiales et la mise en place d’un nouveau système prudentiel, avec une gestion des risques qui s’étale sur les cinq prochaines années. Le ministre des Finances a aussi annoncé que les filiales du groupe sont gérées actuellement selon une logique d’intégration des entités sous contrôle de la CDG, mais aussi de la surpression des filiales qui présentent un fardeau pour l’entreprise. La principale remarque est que le gouvernement a accepté l’ensemble des recommandations qui ont été émises par la Commission de contrôle des finances publiques, et qui englobent aussi l’actualisation des données relatives à la gestion de la caisse, ainsi que l’édition de rapports qui retracent les méthodes de gestion de risques.

Younès Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page