Éco-Business

Capital-investissement : les sociétés de gestion engagées dans la RSE

L’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) et Fidaroc Grant Thornton confirment, dans leur rapport 2021 sur l’impact du capital-investissement au Maroc, que les entreprises investies et les sociétés de gestion sont fortement engagées sur les sujets ESG, notamment environnementaux, sociaux, de parité et de gouvernance.

À fin 2021, ce sont 140 entreprises qui ont été accompagnées par le capital investissement marocain dont 48% sont des start-up et 52% des PME. C’est ce qui ressort de la troisième édition du «Rapport d’impact du capital investissement au Maroc» pour l’exercice 2021 publié par l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) et Fidaroc Grant Thornton. Cette étude est réalisée sous la houlette de la Commission Etudes & Statistiques de l’AMIC présidée par Farid Benlafdil, membre du Conseil d’administration de l’association.


À cet effet, Tarik Haddi, président de l’AMIC, affirme qu’«en 2021, bien que les effets du Covid-19 soient encore bien présents sur l’ensemble du tissu économique, les entreprises investies par le capital investissement ont fait preuve d’agilité et de résilience. Elles ont affiché une amélioration de leur structure financière, par le renforcement de leurs fonds propres et l’amélioration de leur capacité d’endettement, et donc d’investissement, à long terme».

À noter aussi que ces entreprises ont amélioré leurs capacités organisationnelle, managériale et de gouvernance, et ont renforcé leur responsabilité sociale et environnementale ainsi que leur capacité à innover et à adapter leur business model.

«Le capital investissement marocain s’est élargi aux stades amorçage et capital-risque grâce à l’initiative Innov Invest, puisque 60% des entreprises investies en 2021 l’ont été par le capital-innovation. Ainsi, les start-ups marocaines ont pu participer à la croissance économique et à la création d’emplois à l’échelle du pays», ajoute Tarik Haddi.

Pour ce qui est du détail des chiffres présentés par l’étude, il est à noter que l’échantillon des 72 entreprises marocaines ayant répondu à l’enquête affiche un chiffre d’affaires de 27,8 MMDH et emploient 39.541 salariés.

De plus, la croissance de leur chiffre d’affaires est de 27,6% alors que celle du PIB national augmente de 7,4%. S’agissant des startups, elles affichent le plus fort taux de croissance du chiffre d’affaires qui progresse de 56% en 2020 à 63% en 2021.

En termes de répartition sectorielle, les secteurs, dont la croissance du chiffre d’affaires est la plus forte, sont la Construction/ BTP (+39%), les Services (+36%) et la Distribution et Négoce (+24%).

Engagement ESG et gouvernance confirmés
Dans le cadre du rapport de l’AMIC, le focus a été fait sur la mobilisation des entreprises investies et les sociétés de gestion dans les sujets ESG, gouvernance et parité. Ainsi, il est noté que l’adoption d’une politique RSE est formalisée par plus de la moitié des sociétés de gestion et elle ne fait que poursuivre sa tendance haussière.

La RSE exprime la démarche des entreprises et définit leurs engagements en matière sociale et environnementale. De ce fait, 65% d’entre elles intègrent des indicateurs chiffrés pour mesurer leurs engagements dans le cadre de la politique RSE (parité, empreinte carbone, actions locales et autres).

Par ailleurs, les entreprises investies affichent une amélioration significative de leurs indicateurs RSE entre la date de la prise de participation et la date de cession (ou à fin 2021 pour les entreprises encore investies par les fonds).

En outre, la quasi-totalité des entreprises investies répond à terme aux exigences des fonds d’investissement en matière d’amélioration de la gouvernance et de mise en place d’outils de communication et de transparence financière.

Pour ce qui est de la contribution fiscale des entreprises investies, elles présentent une contribution fiscale (TVA, IR, IS, autres impôts et taxes) plus importante entre l’année d’entrée et l’année de sortie du fonds (ou 2021 pour les entreprises encore investies).

En effet, sur près de 150 PME accompagnées entre 2000 et 2021 et dont les données sont disponibles, la contribution fiscale du secteur a augmenté de 2,6 MMDH pour une durée moyenne de détention de 6 ans. Notons que le rapport de l’AMIC retrace l’impact du capital investissement sur la RSE et la gouvernance des sociétés investies. Il se base sur les données disponibles depuis 2000, dont sont exclues les entreprises cotées.

Ainsi, ces données permettent de mesurer l’impact du capital-investissement marocain sur l’évolution de leurs chiffres d’affaires, de leurs effectifs, de leur responsabilité sociale et environnementale, de leur gouvernance ainsi que de leurs contributions fiscales.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page