Éco-Business

Bourse de fret : Lentement mais sûrement !

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La Bourse de fret, lancée en mars dernier par le hub logistique mondial TMSA et la Confédération générale des entreprises du Maroc, a démarré ses activités. Seuls une quarantaine d’opérateurs se sont inscrits sur la plateforme depuis. Une lenteur voulue par TMSA qui veut s’assurer de n’enregistrer que «les vrais transporteurs» sur la base de données de son site électronique.


Lancée en mars dernier par le hub logistique mondial TMSA et la Confédération générale des entreprises du Maroc, la Bourse de fret, qui vise à donner une nouvelle impulsion au transport maritime marocain, a démarré ses activités en douceur, et c’est tant mieux. C’est en tout cas ce que nous a révélé,  jeudi 10 mai, Hassan Abkari, directeur du port Tanger Med passagers et rouliers, en marge de la 24e édition du Congrès international de la logistique qui se déroule depuis mercredi à Marrakech. «Nous avons déjà commencé les transactions, et nous sommes très contents que cet outil serve la communauté, notamment les importateurs et exportateurs marocains, mais le démarrage se fait tranquillement», s’est-il félicité, avant de tenter d’expliquer les motifs du timide démarrage de la plateforme digitale «tmfret.ma», qui devrait permettre aux professionnels marocains d’éviter les retours à vide et améliorer leur compétitivité, entre autres avantages.

«Que les vrais transporteurs»
Selon notre interlocuteur, le démarrage de la Bourse de fret se fait petit à petit parce que «nous exigeons l’identification et la reconnaissance de tous les prestataires qui doivent absolument remplir toutes les conditions requises». Par «conditions requises», Hassan Abkari entend «un bon dossier de transporteur réel» pour les exportateurs et importateurs, avec toutes les composantes comprenant entre autres un statut de transporteur, l’autorisation du ministère du Transport pour le compte d’autrui, une copie de registre signée électroniquement, etc. «Le processus d’identification est long», précise-t-on à ce titre.

Tous les gros opérateurs de la CGEM se sont déjà inscrits
Cependant, il faut souligner que si «les processus d’identification» se font lentement, l’élargissement de la base de données de la Bourse de fret se fait sûrement. Pour l’heure, «nous avons plus de 40 transporteurs identifiés, avec de bons dossiers de transporteurs réels comprenant toutes les composantes requises par notre plateforme», a indiqué la même source, précisant par ailleurs que si les informations concernant la base de données de l’outil électronique (laquelle est apparemment en train de s’agrandir) sont pour le moins confidentielles, tous les plus gros transporteurs de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) se sont déjà inscrits sur le site. «C’est une montée en puissance lente mais sûre, et on passera à la vitesse supérieure d’ici la fin de l’année», a-t-on affirmé à ce propos. L’essentiel, toujours selon la même source, est de n’avoir que les vrais transporteurs, dira-t-on. Après tout, «Lorsque vous faites une transaction sur notre site, vous vous apprêtez à confier votre marchandise à quelqu’un; nous avons la responsabilité de vérifier que les prestataires sont à la hauteur des critères de notre site», a tenté de convaincre Hassan Abkari. Pour rappel, la Bourse de fret a été lancée par TMSA avec la Commission logistique de la CGEM, laquelle comprend les plus grands transporteurs au Maroc, et le hub logistique mondial a bien fait «de prendre en compte toutes les requêtes de ces derniers de manière à lancer un outil électronique sur-mesure».

Tanger Med II dans le top 20 mondial, une fois lancé
Il faut également souligner que la Bourse de fret a vu le jour à une période charnière du transport logistique marocain, marquée par une hausse considérable des flux logistiques et le démarrage, dans moins d’un an (janvier 2019), des activités du port Tanger Med II. L’année prochaine démarrera Tanger Med II, deux fois plus grand que Tanger Med I. On passera d’une capacité de 3 millions de conteneurs à une capacité de 9 millions de conteneurs», a confirmé Rachid Houari, directeur du port Tanger Med I, zone franche Medhub, lors d’une interview avec les Inspirations ÉCO. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour la plateforme portuaire marocaine en eau profonde, dans la mesure où le premier port d’Afrique, avec sa future capacité, va devenir «le premier port de la Méditerranée et le 20e mondial sur les 500 ports qui accueillent des conteneurs».

900 millions d’euros d’investissement de la part d’APM
Concernant les détails relatifs à l’état d’avancement des travaux, la même source nous indique que le port de Tanger Med II est déjà construit. «Les grues-portiques sont déjà sur place, ce qui veut dire que la plus grande partie du challenge a déjà été assurée», a également indiqué Rachid Houari, saluant «le sérieux» de l’opérateur portuaire néerlandais APM Terminals, concession du terminal à conteneurs 4 (TC4). La filiale du géant danois Maersk est un partenaire capable de respecter les délais, présent sur 70 ports dans le monde, a-t-il expliqué. L’investissement d’AMP pour la construction du plus grand port marocain devrait atteindre les «900 millions d’euros». 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page