Éco-Business

Bourse de Casablanca : clap de fin pour Lydec

Lydec se retire de la Bourse de Casablanca. L’offre publique de retrait obligatoire, déposée par Veolia Environnement auprès de l’AMMC, représente une suite normale de la reprise de Suez, ex-maison mère de Lydec, par cette dernière. 

Veolia Environnement SA, agissant de concert avec sa filiale détenue à 100%, la société Vigie 50 AS, a déposé auprès de l’AMMC un projet d’offre publique de retrait obligatoire visant les actions du délégataire de la gestion de l’eau et de l’électricité du Grand Casablanca, Lydec.


En effet, ce dépôt intervient suite au franchissement indirect du seuil de 95% du capital et des droits de vote de Lydec par Veolia Environnement dans le cadre de l’offre publique d’achat visée par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), en date du 8 avril 2022. Dans son communiqué, l’AMMC note qu’«en conséquence de ce dépôt, l’Autorité marocaine du marché des capitaux a demandé à la Bourse de Casablanca de suspendre la cotation des actions Lydec».

Ainsi, le projet d’offre publique de retrait obligatoire porte sur les actions Lydec non détenues par Veolia Environnement SA et Vigie 50 AS, et ce, en vue de la radiation du délégataire casablancais de la gestion de l’eau et de l’électricité de la Bourse de Casablanca. Par ailleurs, l’AMMC explique que, selon les dispositions de l’article 31 de la loi 26-03, elle dispose de 15 jours de bourse pour examiner la recevabilité de ce projet.

«Ce délai est suspendu par les demandes d’informations et de justifications par l’AMMC. Si le projet d’offre publique est déclaré recevable, ses principales dispositions seront publiées dans un avis de recevabilité», détaille-t-on dans ce sens.

Rappelons que Suez, l’ancienne maison mère de Lydec, a été reprise par son concurrent Veolia. Ce dernier est présent au Maroc à travers ses filiales Amendis et Redal, deux opérateurs chargés de la distribution d’eau et d’électricité, respectivement, à Tanger et Rabat. Coté performances de Lydec, et suite à la publication récente de ses résultats financiers au terme du premier trimestre de l’année en cours, l’opérateur a enregistré un chiffre d’affaires de près de 1,7 MMDH, assurant une hausse de 3,2% par rapport au 1er trimestre 2021.

L’évolution du chiffre d’affaires, qui reste toujours en retard par rapport à la même période de 2019 (année de référence) de 2,5%, s’explique par l’augmentation des recettes de travaux et de maîtrise d’œuvre de 52,7%, ainsi que par une légère baisse des ventes de fluides de 0,9%, indique Lydec dans le communiqué sur ses indicateurs trimestriels. Dans le détail, le chiffre d’affaires électricité s’est établi à 1,12 MMDH, en hausse de 0,2% par rapport au T1-2021 et en baisse de 3% comparativement au T1-2019.

De son côté, le chiffre d’affaires de la branche eau potable a reculé de 4% à 296 MDH, suite à une diminution des ventes aux particuliers de 7%, atténuée par une légère hausse des ventes aux industriels et administrations. Les investissements de la Gestion Déléguée, quant à eux, se sont établis à 126 MDH, en croissance de 53,6% par rapport à la même période de 2021. Le niveau d’endettement net à fin mars 2022 a baissé de 41,3% à 829 MDH.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page