Éco-Business

Audiovisuel : fin de parcours pour Iflix Maghreb

La plateforme Iflix au Maroc s’est vue retirer son agrément par l’autorité du secteur de l’audiovisuel. Une décision qui est survenue après moult notifications et relances infructueuses.

Iflix n’aura pas fait long feu au Maroc. Après seulement quatre années d’existence, Iflix Maghreb plie déjà bagage. Une décision qui émane du Conseil supérieur de la communication et de l’audiovisuel, comme nous l’avions annoncé dans notre édition du 17 août 2022. En effet, la plateforme VoD, très active en Asie et dans la région MENA, s’est vu retirer son agrément.

Il est stipulé, dans le dernier Bulletin officiel, que l’autorité du secteur a adressé à plusieurs reprises des courriers, conformément aux dispositions de la réglementation en vigueur, concernant ses obligations d’information envers la Commission.

Malgré les relances, l’opérateur ne s’est pas manifesté. Plus encore, en date du 9 juillet 2019, le rapport de l’huissier de justice indique qu’à l’adresse de domiciliation de la société en question, c’est un responsable d’une autre société qui se trouvait sur les lieux.

Ce dernier a expliqué qu’Iflix Maghreb est domicilié à la même adresse et a ainsi refusé d’accuser réception de la notification de la Commission.

C’est ainsi que la sanction est tombée. Toutefois, pour s’enquérir des raisons de ce retrait, nous avons tenté de joindre le management d’Iflix.

Après plusieurs recherches, il nous a été difficile de trouver les coordonnées du management actuel. Pour rappel, l’implantation de la plateforme s’est faite en grande pompe.

Et pour mieux se positionner sur le marché, Iflix signé un accord de partenariat exclusif avec Inwi à travers lequel les clients de l’opérateur télécoms, membres du club Inwi, bénéficiaient de six mois d’accès illimité au service VoD.

À noter que pour fournir la distribution du service audiovisuel sur le territoire national, Iflix devait s’acquitter de la somme de 500.000 dirhams HT et reverser 5% de son chiffre d’affaires annuel.

Mais eu égard au circonstances actuelles et aux détails mentionnés au bulletin officiel, tout porte à croire que la plateforme n’a pas honoré ses engagements, puisqu’à peine un an après son implantation, la Commission supérieure de l’audiovisuel avait d’ores et déjà commencé à notifier l’entité.

Maryam Ouazani / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page