Éco-Business

Amara promeut les énergies renouvelables auprès des Espagnols

Le royaume a exposé devant les entreprises espagnoles spécialisées dans le domaine des énergies propres les ambitions du Maroc à l’horizon 2030.

Dans une rencontre ayant pour thème «La transition énergétique du Maroc», organisée par le Club espagnol des énergies, Abdelkader Amara, le ministre de l’Énergie et des mines, a fait miroiter aux groupes espagnols les opportunités d’affaires découlant du choix du Maroc pour les sources d’énergie verte. Selon Amara, cette transition énergétique nécessitera un investissement de 400 millions de dollars durant les 15 prochaines années. La grande partie de cet investissement, à savoir 30.000 millions de dollars, sera injectée dans des projets ayant trait aux énergies renouvelables. Des opportunités en or pour les entreprises espagnoles.

D’ailleurs, le ministre marocain a invité les firmes du voisin ibérique à «participer activement» dans les projets lancés par le royaume. Plus concrètement, Amara a indiqué que les objectifs tracés par le Maroc, en ce qui concerne le développement du secteur des énergies renouvelables, est d’atteindre une production de 4.500 MW en provenance de la filière solaire, 1.300 MW de l’hydroélectrique et 4.200 MW de l’énergie éolienne. L’objectif du Maroc, souligne Amara devant ses hôtes espagnols, est d’arriver à un mix énergétique où les sources renouvelables représenteront plus de 52% du bouquet énergétique national à l’horizon 2030.

Amara a tressé des lauriers aux entreprises espagnoles opérant dans le domaine des énergies vertes, «lesquelles ont apporté leur savoir-faire, au développement de la stratégie énergétique nationale», et insistant que les firmes du voisin sont une référence mondiale spécialement dans la filière de l’énergie solaire. Le président du club, Pedro Miro, a souligné que le Maroc est partenaire prioritaire en matière d’énergie, au vu des importantes exportations de carburant vers le royaume, sans oublier la gestion conjointe maroco-espagnole du gazoduc Maghreb-Europe.

Autre modèle de coopération fructueuse, selon Miro, est le fait que 15% de l’énergie électrique consommée au royaume proviennent de la Péninsule ibérique. Présent à cette rencontre, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Ignacio Ybañez, a encensé le royaume le qualifiant de «pays exemplaire en matière de politique de voisinage avec l’UE». Le diplomate espagnol a même offert la collaboration de son gouvernement sortant pour améliorer les relations entre les autorités communautaires et le Maroc. 

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page