Éco-Business

Aérien. La conjoncture recompose les plans de vols

La crise sanitaire et politique n’a pas fini de bouleverser les plans des compagnies aériennes. Les décisions récentes de quatre d’entre elles renseignent sur l’atmosphère qui prévaut actuellement. C’est dans ce cadre que s’inscrit la décision de la compagnie aérienne low cost, Wizz Air, de fermer, à la fin de la saison estivale, ses bases de Dortmund et Riga en Allemagne et celle de Lettonie, afin de réaffecter ses capacités pour mieux répondre à l’évolution de la demande consécutive à la pandémie de Covid-19.

Le programme de vol du spécialiste hongrois du vol pas cher, comportant 41 liaisons cet été, éliminera Marrakech de son plan de vol, mais pas le Maroc, puisque la compagnie annonce une troisième route entre l’Italie et Casablanca, au départ de Bologne. Pour justifier sa décision, Wizz Air explique vouloir «profiter des opportunités de croissance en réaffectant sa capacité à d’autres routes à forte demande».


Pendant que certaines lignes ferment, d’autres ouvrent, notamment celles des compagnies israéliennes. Depuis le réchauffement des liens politiques entre les deux pays, les premiers vols directs en provenance d’Israël atterrissent. La compagnie aérienne El Al a déjà démarré ses liaisons aériennes directes vers le Maroc. Autre compagnie à s’installer, Israir. Les compagnies El Al et Israir ont inauguré leurs nouvelles liaisons entre Tel Aviv et Marrakech, premiers vols réguliers entre les deux pays.

Depuis le 25 juillet 2021, El Al propose trois vols par semaine entre sa base de Tel Aviv-Ben Gurion et l’aéroport de Marrakech-Menara, opérés via un Boeing 737-900ER, pouvant accueillir 16 passagers en classe affaires et 159 en économique (le vol inaugural était en 787-9 Dreamliner). Les départs sont programmés mardi, jeudi et dimanche à 17h15 pour atterrir à 21h25, les vols retour quittant le Maroc à 22h45 pour se poser le lendemain à 6h20 (durée de vol moyenne 5h50).

Sa rivale Israir avait inauguré sa propre ligne quelques heures plus tôt en Airbus A320 de 180 sièges, annonçant deux à trois rotations hebdomadaires sur cet axe. Ces deux compagnies doivent être rejointes par Arkia, tandis qu’El Al a lancé, depuis le 10 août, des vols entre Tel Aviv et Casablanca-Mohammed V, les mardis, jeudis et dimanches, toujours en 737-900ER. Dans le sens inverse, Royal Air Maroc envisage de desservir l’aéroport israélien depuis Casablanca, voire Marrakech.

Modeste Kouamé /  Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page