Éco-Business

Acquisition de Barclay’s Egypt : AWB expose son plan d’action

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Au cours des 3 prochains mois, Attijari Bank Egypt choisira un cabinet de conseil international pour la mise en place d’une feuille de route sur les 5 années à venir. La nouvelle entité prévoit d’ajouter de nouveaux services tels que le crédit-bail et l’assurance et cherchera à se positionner sur les PME et la banque de détail.


Après avoir finalisé l’acquisition de Barclays Egypt, Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa bank (AWB), a fait le point au Caire sur sa stratégie à venir. Après deux ans de négociations, la banque marocaine a finalement déboursé deux fois sa valeur comptable, soit environ sept fois ses profits nets attendus en 2017.   Selon Reuters, le coût de l’acquisition atteindrait les 400 millions de dollars. Dirigée par Hala Saqr, la nouvelle entité souhaite augmenter sa part de marché à 5% en cinq ans (contre environ 1,5% actuellement).

La période de transition entre «Barclays Bank Egypt» et «Attijari Bank Egypt» sera étalée sur une période de six mois pour le changement de l’enseigne commerciale, et sur pratiquement une année (délai de rigueur) pour réaliser l’intégration. Au cours des 3 prochains mois, la banque choisira un cabinet de conseil international pour la mise en place d’une feuille de route sur les 5 années à venir. La nouvelle entité prévoit ainsi d’ajouter de nouveaux services tels que le crédit-bail et l’assurance et cherchera à se positionner sur les PME et la banque de détail. «Le secteur des assurances est également crucial pour le groupe Attijariwafa bank qui ambitionne, à ce titre, d’accéder aussi à cette activité à travers Wafa Assurance et Attijari- Bank Égypte», souligne Mohamed El Kettani. Et ce, tout en notant que l’augmentation du taux de bancarisation en Égypte serait aussi l’un des chantiers futurs de son groupe. Attijari Bank Egypt œuvre également à devenir le point d’accès vers les États du Golfe et l’Afrique de l’Est.

Le groupe a, en effet, finalisé ses plans pour faire son entrée au Nigeria et en Algérie après l’achat de Barclays Egypt. Aussi, la banque est actuellement en passe de conclure un accord pour acheter la Compagnie générale de Banque du Rwanda, connue sous le nom de Cogebanque. Elle négocie également pour débuter les opérations bancaires commerciales au Tchad et vise à obtenir une licence bancaire au Ghana cette année. Ainsi, Attijariwafa bank, qui a débuté sa première vague d’acquisitions en 2005, opère actuellement dans 26 pays (dont la Tunisie, le Niger, le Gabon et le Cameroun, ainsi que la France, l’Allemagne et l’Italie). La banque prévoit que les prêts et les dépôts augmenteront de 5% à 7% et que les bénéfices se développeront entre 5% et 10 % 2017. Elle prévoit de lancer jusqu’à 1,5 MMDH d’obligations perpétuelles pour répondre aux exigences de Bâle 3. Pour Ismail Douiri, Attijariwafa bank s’attend à ce que le flottement planifié du dirham au deuxième semestre de cette année augmente ses revenus, car la volatilité ultérieure de la monnaie créera une plus forte demande de produits dérivés en devises. Le directeur général du groupe tempère: «Il existe des risques, mais aussi des opportunités», rapporte Bloomberg.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page