Éco-Business

Accès à l’eau potable et irrigation : l’ABH de Sebou ne chôme pas

L’Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS) se mobilise pour la gestion et la préservation des ressources en eau. Afin d’accompagner le développement socio-économique de la région, plusieurs barrages sont prévus dans le cadre du Plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE).

La Région Fès-Meknès dispose d’un potentiel important en ressources hydriques, représentant plus de 80% des ressources en eau de surface du bassin du Sebou, soit 24% des ressources totales du pays. De plus, la région compte cinq principales nappes d’eau souterraines (nappe du Saïss, celle du Moyen-Atlas Plissé, des causses Moyen Atlasique, du Couloir Fès-Taza et la nappe de Taza) avec un potentiel exploitable s’élevant à 576 Mm3/an, soit 52% du potentiel exploitable à l’échelle du bassin du Sebou et 15% de potentiel national. Les ressources en eau de surface sont mobilisées par un patrimoine hydraulique composé de huit grands barrages : Al Wahda, Idriss 1er, Allal Al Fassi, Sidi Chahed, Asfalou, Bab Louta, Sahla, et Bouhouda. Ces barrages ont été érigés pour des raisons diverses : irrigation, alimentation en eau potable, production d’énergie électrique ou protection contre les inondations. Leur capacité globale est estimée à 5.062 Mm3, soit 87% de la capacité de stockage à l’échelle du bassin du Sebou et 27% de celle à l’échelle nationale. Cette capacité sera renforcée par le barrage M’dez en cours de construction, d’une retenue de 700 Mm3, dont le but principal est le transfert de l’eau vers la plaine de Saiss afin de contribuer à la sauvegarde des ressources en eau souterraine de la plaine surexploitée.


Par ailleurs, et afin d’accompagner le développement socio-économique de la région, d’autres barrages sont prévus dans le cadre du Plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE). En effet, le PDAIRE prévoit l’augmentation de stockage au niveau de la région d’un volume de 2.865 Mm3 à l’horizon 2050 à travers la réalisation de sept nouveaux barrages. Quatre de ces ouvrages : Bab Ouender, Ratba, Ribat Lkhir, et Sidi Abbou sont intégrés dans le programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation 2020-2027. En parallèle, l’Agence du bassin hydraulique du Sebou initie, dans le cadre de partenariat avec les collectivités territoriales et les services concernés, la réalisation de plusieurs aménagements et ouvrages de protection contre les inondations au niveau des sites à risque dans la région (construction de barrages, des digues/murs de protection, des seuils, des canaux, des conduites, aménagement des cours d’eau, ou encore dérivation des écoulements de crues), en vue d’améliorer l’infrastructure et d’accroître la résilience des territoires face aux impacts des changements climatiques et par conséquent la protection et la pérennisation des investissements. L’ABH/Sebou contribue également à la mise en place de plusieurs projets de dépollution des rejets aussi bien urbains qu’industriels, et ce, dans le but de la préservation de la qualité des ressources en eau et d’une meilleure valorisation du potentiel en eau disponible.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations éco Docs

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page