Sports

Maroc-Croatie : le nul, est-ce (vraiment) un bon résultat ?

Pour son entrée en lice dans la compétition, l’équipe nationale ne s’est pas fait surprendre. Suite à un match rugueux et âpre, les hommes de Walid Regragui ont, quand même, pu décrocher le match nul face aux vice-champions du monde croates pour le moins impuissants. De quoi nourrir quelques regrets au sein des Lions de l’Atlas.

On pourrait croire que le match nul vierge qu’a pu décrocher le Maroc, hier, pour son entrée dans la Coupe du monde au Qatar contre la Croatie est un exploit. Selim Amallah, milieu de l’équipe nationale, le confie d’ailleurs après la rencontre : «Toute l’équipe a fait un grand match, on a énormément couru, on s’est battu les uns pour les autres et c’est ce qui compte».

Il faut dire que ce point précieux a été glané face à l’un des favoris de la compétition. «Il ne nous a pas manqué grand-chose pour gagner. Il faudra continuer à jouer comme on a joué aujourd’hui, mais on devra quand même aller chercher les adversaires plus haut pour marquer des buts et être efficaces en contre-attaque», se projette le pensionnaire du Standard de Lièges. Même optimisme pour Sofiane Boufal qui s’est dit «satisfait de ce point». Il assure que l’équipe ambitionnait de «gagner» même si «ce résultat va aider pour la suite». L’attaquant des Lions de l’Atlas s’attendait à un match difficile.

«C’était le premier match de la Coupe du monde, il y avait un peu de pression et d’anxiété. On a bien défendu, maintenant il va falloir montrer plus, mais ce point va nous apporter de la confiance», se réjouit-il.

Le Maroc a, le moins que l’on puisse dire, été solide avec quelques opportunités, dans un match parfois disputé. Le Onze national s’est, en effet, procuré le plus d’occasions en première période devant un public largement acquis à sa cause. Plusieurs milliers de supporters marocains ont fait le déplacement au Qatar pour soutenir les Lions de l’Atlas. Chose que n’a pas manqué de rappeler Walid Regragi, sélectionneur national. De son côté, la Croatie de Luka Modric, finaliste de la dernière Coupe du monde, a été incapable de trouver la solution. Que le Mondial-2018 semble loin!

Le temps où l’équipe au maillot frappé du damier blanc et rouge balayait ses adversaires en phase de groupe, qu’il s’agisse du Nigéria (2-0), de l’Argentine (3-0) ou de l’Islande (2-1), est bel et bien révolu. Mais le Ballon d’or 2018, qui dispute peut-être sa dernière grande compétition internationale à 37 ans, n’a pas su sortir son équipe de l’étau marocain. Il a bien essayé par moments, mais son match fut à l’image de son équipe, sans folie ni créativité.

«C’était un match extrêmement difficile. Je crois qu’au fur et à mesure que le tournoi avancera, nous serons meilleurs et nous montrerons un tout autre visage. Nous avons de grandes ambitions et nous ne sommes pas venus ici pour nous faire sortir au premier tour après ce que nous avons démontré en Russie», a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre.

Zlatko Dalić, l’entraîneur croate, parle pour sa part d’un adversaire coriace qui a présenté un match de bon niveau et a réussi à briser les attaques de ses joueurs à plus d’une occasion. Il va même jusqu’à assurer qu’il fallait compter sur elle.

Il faut dire que l’équipe nationale était bien organisée mais quelque peu maladroite principalement en raison du poids de son entrée en lice dans la plus prestigieuse compétition de football dans le monde. De quoi faire nourrir au sélectionneur quelque peu de regrets puisque avec davantage de conviction, le Maroc aurait pu l’emporter. Regragui a, cependant, estimé ce match nul comme résultat «très positif». Il représentera une source de motivation pour les joueurs afin de disputer leur prochain match avec un moral au beau fixe.

«Il s’agit d’un boost pour la confiance des joueurs qui ont fait un grand match et ont montré un bon niveau face à un adversaire solide», souligne-t-il. Ceci étant, il a tenu à relativiser relevant «quelques erreurs» qu’il faudra éviter lors du prochain match pour aller plus loin dans la compétition. La prochaine étape pour les Lions de l’Atlas est la Belgique, dimanche au Stade Al Thumama, à 14h00. Espérons qu’ils pourront monter en puissance face à la seconde équipe au monde d’après le dernier classement de la Fifa.

Jules Gabas Avec AFP / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page