Sports

La balle dans le camp du conseil de la FIFA

Le dossier de candidature marocaine à la coupe du Monde 2026 se prépare à passer le cap du conseil de la FIFA, dernière étape avant d’atteindre le vote du 13 juin.


C’est une victoire du Maroc ! C’est aussi une victoire du comité de candidature et sa stratégie offensive visant la Task Force et sa méthodologie ! En forçant le passage à la phase du vote, le Maroc obtient une première victoire contre le géant nord-américain. Le dossier du trio USA-Canada-Mexique est incomparable à celui du Maroc, comme le montrent les notes obtenues dans chaque critère par les deux dossiers (voir tableau). Au-delà de l’évaluation technique qui a montré les limites et les atouts du dossier marocain préparé dans un délai record de quatre mois, c’est sur le terrain électoral que se jouera l’octroi du droit d’organisation de la coupe du Monde 2026. Une première dans l’histoire de la FIFA. Un passage au vote qui doit être validé par la décision de la réunion du comité exécutif, prévue le 10 juin prochain à Moscou. Un nouveau test pour la candidature marocaine.

Le dossier marocain à nouveau en danger
«Les rapports qu’ils [ les membres de la Task Force] rédigeront par la suite, seront soumis à la considération du conseil de la FIFA. Notre organe stratégique étudiera ces rapports et déterminera les candidatures à proposer au vote du congrès de la FIFA», précisent Gianni Infantino, président de la FIFA et et sa SG, Fatma Samoura dans le guide de candidature. C’est-à-dire que cette instance aura son mot à dire aussi avant de valider les deux dossiers et les présenter comme une résolution à l’ordre du jour du congrès du 12-13 juin. Une décision qui se basera sur le rapport de la Task Force et l’évaluation d’une société d’audit indépendante.

Au vu des notes obtenues par le Maroc et les risques jugés «élevés» dans trois critères sur dix, ainsi qu’un risque «moyen» dans six autres critères, l’évaluation réalisée demeure minée. Dans le camp adverse, aucun risque «élevé» est signalé et seul un critère obtient une évaluation de risque «moyen». Donc, l’hypothèse d’écarter le dossier marocain n’est pas à négliger. Pour cette raison, la réunion du Conseil de la FIFA s’annonce comme un deuxième test pour la candidature marocaine après celui de la Task Force. Dans cette nouvelle phase, le Maroc n’aura pas la possibilité de défendre son dossier. Il pourra par contre compter sur un défenseur de taille, Ahmed Ahmed président de la CAF et membre de la Conseil de la FIFA. Cette instance suprême de la fédération internationale est composée de 37 membres : un président, élu par le Congrès de la FIFA ; huit vice-présidents et 28 autres membres élus par les associations membres de la FIFA, chacun pour un mandat de quatre ans. Six sur les sept membres de la Fédération asiatique de football pencheront certainement pour United2026, seul le représentant de Bahreïn pourrait défendre le dossier marocain. Les 7 membres représentants la CAF devront défendre la candidature marocaine. Seul inconnu du côté des membres africains, le Ghana qui pourrait pencher du côté nord-américain. Le Comité marocain est conscient de cette situation. Fouzi Lakjaa, président de la FRMF, avait fait le déplacement à Accra en avril dernier pour présenter le dossier marocain et il a été reçu par Nana Akufo-Addo, président de la république du Ghana. Pourtant, rien n’est acquis. Les 5 membres de la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes (CONCAF) devront défendre naturellement le dossier du trio de leur continent. Il en sera certainement de même pour 5 membres la Confédération sud-américaine de football (CONMEBOLL) et les 2 membres de la Confédération du football d’Océanie (OFC), proche des anglo-saxons. C’est sur le terrain des 8 membres européens du Conseil de la FIFA que les deux dossiers iront cherchés des soutiens. Pour l’heure, l’UEFA n’a pas annoncé une position en faveur d’un des deux dossiers. Ses membres issus à part égal deux régions du Vieux continent : l’Europe de l’Est (Slovénie, Hongrie, Russie et Monténégro) et de l’Europe de l’Ouest (Allemagne, Angleterre, Italie et Chypre). De précieux soutiens qui pour le moment se gardent bien de montrer un signe de soutien à l’une des candidatures en lice. Le suspens demeure entier.


Dates à retenir

10 juin
Réunion du Conseil de la FIFA

12-13 juin
68e Congrès de la FIFA à Moscou


La campagne bat son plein

Le Maroc continue son roadshow international pour s’assurer du vote d’au moins 80 pays membres de la FIFA lui permettant d’obtenir le droit d’organiser la compétition en 2026. Sans attendre la décision du Conseil de la FIFA, le Comité et ses membres multiplient les rencontres pour convaincre des pays pour voter Morocco2026. Dernier pays visité, le Qatar. Une délégation composé de Abdelhamid Souiri, Nezha Bidouane et Charafa Afilal a visité l’émirat et pays hôte de la compétition en 2022 pour s’assurer de son soutien.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page