Sports

Coup d’état en Guinée: de retour au Maroc, les Lions de l’Atlas s’expriment (VIDEO)

L’avion transportant l’équipe nationale de football et le staff technique a atterri dimanche soir au Maroc en provenance de Guinée, où un coup d’état a eu lieu.

Le Onze national devait disputer un match face à la Guinée, lundi à Conakry, pour le compte de la 2è journée (groupe I) des éliminatoires africaines du Mondial 2022, une rencontre qui a été reportée par la Confédération africaine de football (CAF) et la FIFA à cause des développements de la situation dans ce pays africain.


De retour au Royaume, le sélectionneur national et les joueurs se sont confiés. «C’était une journée bizarre. En se réveillant ce matin, on a entendu des coups de feu. Il y avait plusieurs fusillades pendant la journée. Tout le monde était inquiet. On a appris, par la suite, que le match a été annulé. On a finalement réussi à retourner au Maroc grâce à l’intervention du roi Mohammed VI que je remercie infiniment», a affirmé Vahid Halilhodzic.

Du côté des joueurs, Ilyas Chair a remercié tous les Marocains pour leur soutien. Yassine Bounou a également affirmé que la sélection compte se reposer après ce vol pour mieux préparer son match face à la Guinée. «On ignore encore si cette rencontre sera jouée», a toutefois indiqué le portier des Lions.

La CAF avait indiqué que les informations concernant la reprogrammation de cette rencontre seront communiquées ultérieurement.

La situation était tendue en Guinée où les Lions de l’Atlas étaient bloqués dans leur hôtel et n’avaient pas la possibilité ni l’autorisation d’en sortir. « On est à l’hôtel, on entend des coups de feu à côté toute la journée… », avait déclaré Vahid Halilhodzic à la presse française.

Notons que des militaires guinéens ont annoncé, dimanche, avoir arrêté le président de la Guinée Conakry, Alpha Condé, gelé la Constitution, dissous le gouvernement et les institutions et fermé les frontières terrestres et aériennes du pays, apprend-on de sources médiatiques.

Les auteurs de ce coup de force justifient leur action par « la situation politique et économique de la Guinée, le blocage des institutions du pays, l’exploitation de la justice, la violation des droits des citoyens, la corruption financière et la propagation de la pauvreté », précise-t-on de même source.

Des tirs nourris d’armes automatiques ont retenti, dimanche matin, dans le centre de Conakry et de nombreux soldats étaient visibles dans les rues, selon les médias qui citent des habitants de la capitale.

H.M.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page