Opinions

Vols à l’arrivée du Maroc : que faire ?

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

EDITO. Les équations posées par les mesures restrictives instaurées à l’égard des voyageurs à destination du Maroc s’avèrent aussi nombreuses que confuses.

Certes, la sensibilité sanitaire de la situation ne laisse guère de marge de manoeuvre au gouvernement, qui se voit contraint de serrer les verrous des procédures applicables aux MRE et touristes en provenance des pays de la liste B. Il reste que, pour les personnes concernées, la situation n’est guère confortable ! Actuellement, nombre d’entre eux tentent de s’organiser afin de faire entendre leurs voix, en réaction à une contrainte, somme toute banale, mais à l’impact ô combien important.


Autant l’instauration de la quarantaine obligatoire pour les arrivants non vaccinés a été digérée, autant le cas des enfants s’avère difficile à gérer ! En effet, de nombreuses familles l’ont appris à leur dépens alors qu’ils étaient convaincus de rentrer au territoire national, sans couac aucun, puisqu’ils sont vaccinés et/ou justifient d’un test PCR en bonne et due forme. Il paraîtrait, en effet, que les enfants de moins de onze ans, n’étant pas vaccinés, doivent passer par la case de la quarantaine.

Cela revient à placer un mineur, livré à lui-même, dans un hôtel pendant dix jours, sachant que l’essence même de la quarantaine réside dans le fait de ne pas recevoir de visite, et encore moins de se déplacer librement. Le cas échéant, cela supposerait que les parents fassent fi de leur vaccination, de leur test PCR, voire de leurs réservations touristiques déjà acquises, pour se mettre également en quarantaine.

Peut-être aurait-il mieux valu envisager ce genre de contraintes et signaler explicitement et suffisament à l’avance que les parents avec enfants seraient astreints à la quarantaine, en dépit de leurs vaccins et autres tests PCR ? Bref, de nombreuses réclamations risquent d’assaillir le gouvernement, surtout provenant des trois pays récemment ajoutés à la liste B que sont la France, l’Espagne et le Portugal.

Quelques voix murmurent déjà que l’Exécutif entend remplacer l’obligation de la quarantaine dans les établissements hôteliers, par celle du confinement à domicile. Une solution plus pratique et moins onéreuse, mais qui posera certainement son lot de contraintes… On s’adapte comme on peut !

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page