Opinions

Système révolu

Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement, est sorti de son mutisme, en ce qui concerne la retraite des parlementaires et des ministres. Pour le patron de l’Exécutif, le débat sur la retraite des parlementaires ne le regarde pas, quant à celui des ministres, c’est de la pure surenchère! Voilà ce que l’on retiendrait de la première sortie de Benkirane en cette année 2016. Que pensent les Marocains de cette position ? En l’absence de sondages officiels, les réactions sur les réseaux sociaux pourraient servir de température pour ce débat qui fait rage, depuis plusieurs mois. D’ailleurs, certains parlementaires, y compris ceux du groupe parlementaire du PJD, ont exprimé leur volonté de se passer de la «pension» de la discorde quand des partis commencent à en débattre, comme le PAM qui s’apprêterait à publier une recommandation sur l’annulation pure et simple de ladite «pension». Au fait, il ne s’agit pas de pension et on ne sait comment qualifier ce «don» qui n’obéit à aucun critère, sinon à une rente toute faite. Ce débat est, bien sûr, valable pour les ministres pour lesquels l’État avait, dans d’autres circonstances, prévu une sorte de «pension» qui paraît aujourd’hui dépassée et non justifiée. Faut-il rappeler que l’acte politique est guidé par le volontariat d’abord et que le chef de gouvernement avait, à juste titre, recommandé aux politiciens de servir leur Nation et s’ils voulaient faire de l’argent, ils doivent faire du business et pas de la politique. Maintenant, en vingt années, le Maroc a changé sur bien des registres, il n’y a aucune raison que ministres et parlementaires continuent à tirer profit d’un système rentier révolu.  


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page