Opinions

La classe moyenne au Maroc, la clé du futur

Cette bonne vieille classe moyenne, qui donne du fil à retordre à nos économistes et politiciens depuis quelques années, n’était finalement pas si difficile à aborder que cela. Il a fallu quelques mois de travail pour que le Conseil économique, social et environnemental nous livre ce qui s’apparente à une proposition de feuille de route afin de prendre en main cette catégorie de la population et de mieux rentabiliser sa valeur ajoutée pour la croissance nationale. Notre constat ne serait pas nouveau si nous rappelions que cette classe moyenne est la plus large, la plus productive, mais aussi la plus lésée. C’est, par exemple, celle qui est alourdie de taxes, mais qui ne profite que très peu des prestations de santé ou encore de l’éducation publique.

C’est aussi celle qui consomme le plus, mais qui se trouve être la plus endettée… Une longue liste de paradoxes économiques et sociaux collent à la peau de cette couche sociale et, pourtant, la prise de conscience de ses maux et de son potentiel n’est que récente. Maintenant que nous abordons le sprint du Nouveau modèle de développement, cette donne doit impérativement être corrigée. Comment ? Les pistes ne manquent pas, puisque les dysfonctionnements sont légion. Par la fiscalité, par le renforcement du pouvoir d’achat, par l’accès à des services de soins et d’éducation à la hauteur, par le soutien de l’élargissement de cette catégorie sociale, par l’appui à l’émergence de nouvelles activités économiques génératrices de revenu… La classe moyenne peut être un élément stabilisateur de la situation sociale et politique, mais elle pourrait également s’avérer être une réelle bombe à retardement si les stratégies étatiques omettaient de lui accorder l’attention nécessaire.


En tout cas, le CESE a posé les balises d’une vision sur demande des parlementaires ; on verra si son contenu sera utilisé à bon escient dans les feuilles de route des partis, notamment pour l’étape cruciale des élections que nous nous apprêtons à aborder.

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page