Maroc

Universiapolis se prépare pour septembre 2016

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le projet de création de l’Université internationale de Laâyoune se déroulera en deux étapes. La première étape, étalée de 2016 à 2019 sera dédiée à la création de l’annexe puis à l’horizon 2019, la création du campus de l’Université internationale sur une superficie de 10 ha et un budget d’investissement de 100MDH.


Universiapolis étend son réseau national en ouvrant, dès la prochaine rentrée universitaire, son annexe dans la ville de Laâyoune. Ce choix n’est pas fortuit puisque le projet de création de l’Université internationale de Laâyoune s’inscrit dans la stratégie de mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud afin de rendre la Région plus attrayante au niveau des investissements privés et par conséquent plus compétitive à travers le développement d’un tissu industriel et de nouveaux métiers liés aux activités de transformation. Ainsi, une main-d’œuvre qualifiée et des ressources humaines compétentes s’imposent.

C’est dans cette perspective régionale et dans une logique de développement sectoriel intégré que l’Université internationale d’Agadir a décidé de créer, avec le soutien du Conseil régional de Laâyoune Sakia El Hamra, dans l’immédiat une annexe qui assurera à partir de septembre 2016 différents programmes en gestion et en ingénierie. «Notre volonté est de permettre aux lycéens et aux diplômés universitaires d’accéder à une information exhaustive, transparente et actualisée afin de les aider dans leur choix de filières et de carrières», souligne Aziz Bouslikhane, président fondateur d’Universiapolis. Dans le détail, les programmes assurés seront orientés vers l’innovation, l’entrepreneuriat, le développement de projets en plus de l’ingénierie, de l’hôtellerie et du tourisme ainsi que de la gestion des unités de production.

Ce sont des filières en cohérence avec les potentialités de la Région et qui répondent aux besoins des structures existantes et à venir. Selon le top management d’Universiapolis, le projet de création de l’Université internationale de Laâyoune se déroulera suivant deux étapes. La première étape, étalée de 2016 à 2019, sera dédiée à la création de l’annexe de Laâyoune de l’Université internationale d’Agadir, qui abritera des programmes de formation pour la rentrée universitaire 2016. Elle est située dans les locaux du groupe Al Amine à Laâyoune avec plus de 30 salles de cours et de laboratoires, une équipe administrative dédiée et des enseignants permanents. En plus des enseignants permanents,e le staff sera renforcé par des enseignants invités nationaux et internationaux et des professionnels. Cette annexe propose les filières et les spécialités qui existent actuellement à Universiapolis, notamment le pôle gestion avec une dizaine de formation, le pôle ingénierie en plus du génie mécanique, génie agro-alimentaire et du génie industriel et des énergies renouvelables.

La deuxième étape, à l’horizon 2019, consiste en la création du campus de l’Université internationale de Laâyoune sur une superficie de 10ha , pour un budget d’investissement de 100MDH. Ce complexe se veut un espace de vie et une plateforme d’enseignement et de recherche scientifiques de très haut niveau et digne des grandes universités internationales. Pour rappel, à l’occasion de la création de l’Annexe d’Universiapolis à Laâyoune, un forum d’orientation qui a drainé plus de 3.000 visiteurs a été initié du 14 au 16 avril 2016 à Laâyoune en partenariat avec l’Académie et la Direction régionale de l’éducation, ainsi qu’avec le soutien du Conseil régional.

L’objectif était d’orienter et de renseigner les bacheliers, les étudiants et les professionnels des provinces du sud sur les filières proposées par Universiapolis par les universités partenaires mais aussi sur d’autres programmes de formation qui peuvent les intéresser.


 

Universiapolis et le marché africain

L’université internationale d’Agadir au modèle nord américain était la première université privée accréditée par l’État. Depuis des années, ladite université s’est positionnée sur le marché subsaharien. Ces derniers proviennent de 17 nationalités d’Afrique et représentent 25% de l’effectif global de l’université. Avec plus de 20 filières, les étudiants subsahariens sont inscrits dans toutes les filières de formation selon le choix et les pré-requis de tout un chacun. Les deux premières années pour toutes les disciplines sont des années de tronc commun, où l’étudiant suit des programmes dans toutes les spécialités, ce qui lui permettra de développer ses connaissances générales et lui facilitera le choix de la filière au terme de la deuxième année pour obtenir un premier diplôme bac +3 et accéder au deuxième cycle pour obtenir un deuxième diplôme bac +5 type Master.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page