Maroc

Transport urbain : comment le tramway a conquis les Marocains

Avec des centaines de milliers de passagers par jour, le tramway a radicalement changé les pratiques de déplacement des Marocains, que ce soit à Casablanca ou à Rabat.

C’est l’un des projets les plus emblématiques dans le royaume et qui fait le plus la fierté des Marocains, ces dix dernières années. Les tramways de Casablanca et de Rabat-Salé incarnent le mieux, sans doute, le visage d’un Maroc moderne résolument tourné vers le futur. Lancés respectivement en 2012 et 2011, les systèmes modernes de transports en commun en site propre sont avant tout une success-story pour les deux grandes villes du pays. Introduites au Maroc par les deux sociétés de développement local, STRS et Casa Transports, pour améliorer la mobilité et la qualité de vie en ville de leurs citoyens, les deux lignes de Rabat-Salé et Casablanca ont en effet constitué un changement qualitatif et quantitatif pour les populations qui peuvent en bénéficier.


D’après les résultats d’une enquête de l’évaluation des tramways dévoilés mercredi 10 novembre lors d’un webinaire initié par l’Agence française de développement (AFD), sous le thème «Le tramway comme système de transport de masse durable : évaluation ex-post des tramways marocains», elles ont trouvé leur public avec, respectivement, 120.000 et 110.000 voyages par jour en 2018. Dans leur périmètre d’influence, plus de 10 % des habitants l’utilisent pour aller au travail (hors marche à pied, 2014), et plus encore par les étudiants. Les femmes, quant à elles, l’utilisent presque deux fois plus que les hommes pour leurs déplacements.

«Les femmes préfèrent le tramway pour aller travailler, avec +70% à Casablanca par rapport aux hommes et +150% à Rabat-Salé», a relevé Thomas Delahais, consultant et expert en évaluation à Quadrant Conseil, lors de la présentation des résultats de l’enquête réalisée auprès de 1.600 usagers, interrogés en station, et 200 d’entre eux à domicile via un questionnaire approfondi.

Pour mesurer les impacts des tramways des deux villes et rendre compte de l’ensemble des conséquences attendues de ces infrastructures, 165 entreprises, commerces et administrations ont également été consultés ainsi que plusieurs experts marocains et européens qui ont apporté leur soutien tout au long de cette évaluation. Revenons aux enseignements de cette étude. Abondant dans le même sens, le directeur général de Casa Transports, Nabil Belabed, a indiqué que le tramway constitue un mode de transport très apprécié par les femmes, mettant en avant l’intérêt que portent les Casablancais et Casablancaises pour les deux lignes de tramway de la ville, notamment la deuxième, «dont le degré de croissance et de maturité a été bien plus rapide que ce que nous espérions initialement». D’autres raisons sont évoquées pour tenter d’expliquer le succès du tramway auprès de la gent féminine.

Selon les experts, le tramway est très abordable, tout en offrant une solution de transport qui préserve la dignité des Marocaines ou l’idée qu’elles se font de leur statut social. Le tramway est aussi un mode confortable, accessible aux personnes à mobilité réduite, perçu comme moderne, et les usagers apprécient cette «bulle de vivre-ensemble», paisible, sans fraude, qui correspond aussi à leur idéal de société. En termes de gain de temps, il faut noter que l’usage de ce moyen de transport s’est fait surtout au détriment des bus et des grands taxis. Les clés de ce succès : la confiance dans un moyen fiable, sûr et digne, bulle apaisée, qui «équivaut à la voiture» pour ceux qui le prennent, expliquent les auteurs de l’enquête. Plus largement, l’approche tramway employée, de façade à façade, a permis, au-delà de l’infrastructure, de requalifier des espaces proches du tramway, de les rendre plus agréables à arpenter à pied (cheminement, moins de pollution et de bruit…), et plus sûrs, en particulier la nuit.

Dans le voisinage du tramway, la ville a changé, en général pour le meilleur, sur de nombreux aspects appréciés des habitants, en particulier à Rabat-Salé. Et ce, notamment dans le périmètre de la vallée du Bouregreg, le tramway faisant partie de la politique d’aménagement de ce périmètre, dit-on. Cependant, il a été constaté que les politiques urbaines et d’aménagement ne prennent pas réellement aujourd’hui en compte le tramway. Un point important toutefois est que 86 % des usagers actuels du tramway indiquent qu’ils comptent bien continuer à utiliser le tramway à l’avenir. Faudra voir si ce sera toujours le cas s’ils accèdent demain à la voiture individuelle.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page