Maroc

Tabac: les marques les plus touchées par la contrebande au Maroc

Selon les résultats de la 7e étude de prévalence des cigarettes de contrebande au titre de l’année 2020, réalisée par l’Administration des douanes et impôts indirects, la contrebande a affiché un taux de pénétration de 1,37%, en baisse par rapport à 2019. Détails.

C’est une baisse historique qui a été enregistrée cette année par le taux de pénétration des cigarettes de contrebande sur le marché national. En effet, ce taux atteint aujourd’hui 1,37% contre 5,23% en 2019 et 3,73% en 2018. Un constat positif émanant de l’étude réalisée par la Commission nationale de lutte contre la contrebande de cigarettes, dont Les Inspirations ÉCO détient une copie. À noter dans ce sens que cette commission a récemment tenu une réunion au siège de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII). Objectif : présenter les résultats de la 7e étude de prévalence des cigarettes de contrebande au titre de l’année 2020. Ainsi, les résultats figurant sur cette version 2020 s’avèrent être, selon l’ADII, «sans précédent et ceci depuis la première étude menée en 2014. Ils représentent en effet le fruit des efforts consentis par l’Administration des douanes, la Gendarmerie royale, la Police ainsi que les opérateurs économiques concernés, dans le but de lutter contre la contrebande de cigarettes et de réprimer tout agissement frauduleux en la matière». Effectivement, les mesures mises en place par l’Administration des douanes portent leurs fruits et contribuent efficacement à la lutte contre ce fléau qui pénalise la santé du consommateur, mais aussi la performance de l’économie nationale et les recettes fiscales de l’État. Le challenge de l’ADII réside dans la préservation de ces réalisations car, aujourd’hui, la plupart des produits de contrebande sont acheminés soit par voie maritime, soit par voie terrestre, et celles-ci se retrouvent fermées à cause de la pandémie. Mais une fois l’état d’urgence sanitaire levé, la situation pourrait revenir à ses niveaux précédents, ce qui n’exclut pas une hausse de l’activité illicite des cigarettes. Les responsables de l’ADII en sont conscients : il faudrait donc redoubler de vigilance et renforcer les procédures pour maintenir ce taux. Le challenge est de taille lorsqu’on sait que les prix des cigarettes au Maroc sont les plus élevés de la région Afrique du Nord (hausses pratiquées en 2019 et 2020). Ainsi, toute hausse de la contrebande pourrait directement impacter les ventes du marché légal et par conséquent les recettes de la TIC sur le tabac, qui représentent plus de 6% des revenus de l’État (selon la TGR). À souligner qu’au titre des huit premiers mois de 2020, la TIC sur le tabac a enregistré une remarquable baisse, malgré la chute du taux de contrebande et, bien entendu, la stagnation du taux de consommation depuis plus d’une vingtaine d’années. Cette baisse trouve principalement son explication dans la réorientation des consommateurs vers des produits à bas prix. En effet, dans un marché où la différence de prix entre les produits les plus chers et ceux moins élevés est très importante, la consommation se fait principalement via l’achat au détail. Ainsi, suite à l’interdiction des ventes au détail durant cette période de Covid-19, les fumeurs de Winston et Marquise (les deux marques les plus plébiscitées via ce canal) se sont naturellement orientés vers des paquets peu coûteux.

Les marques les plus achetées en contrebande
En tout cas, l’étude réalisée annuellement pour évaluer le taux de pénétration de la contrebande des produits de tabac sur le marché national révèle les marques de contrebande les plus prisées par les consommateurs marocains. En première place du podium, on retrouve «Manchester» avec une proportion de 51%. En deuxième position, vient la marque «Winston», appartenant à Japan Tobacco International (JTI) avec 14% de parts, puis «Marlboro», marque appartenant à Philip Morris International (PMI). Suivent «LD Classic» (6%), «American Legend» (5%), «Empire Royal» (4%), «Miami» (4%), «Oris» (2%), «L&M» et «Monsieur» chacune détenant 1% de part de marché. Il est à préciser que les marques «Manchester», «American Legend», «Miami», «Empire Royals», «Oris» et «Monsieur» n’appartiennent pas aux opérateurs de tabac présents sur le marché national. Ces marques représentent tout de même 67% des labels vendus en contrebande au Maroc. Par ailleurs, les marques de Japan Tobacco International (Winston et LD Classic) représentent 20%, et celles de Philip Morris International (Marlboro, L&M) 7%.

Les régions les plus touchées
D’où proviennent, alors, ces cigarettes illégales, et comment accèdent-elles au marché marocain? L’étude révèle que 50,5% des paquets de cigarettes illégaux collectés arrivent sur le sol national via l’Oriental, 18,9% de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 10% des provinc es du Sud et 8,5% de la région de Casablanca. Ces quatre régions accaparent quelque 88% des paquets de contrebande collectés dans le pays. Pour ce qui est de la provenance des produits, l’étude de l’Administration des douanes démontre que 79% des cigarettes vendues illégalement au Maroc sont initialement destinées à la vente en Mauritanie. Ce pourcentage a enregistré une nette augmentation par rapport aux années précédentes : il était de 45% en 2019 et de 35% en 2018. 1% des paquets de cigarettes de contrebande collectés sur le marché national étaient initialement destinés à la vente sur le marché algérien (contre 8% en 2019 et 40% en 2018). On apprend par ailleurs que 9% des paquets n’ont pas d’indication sur le lieu initial de vente (contre 37% en 2019 et 16% en 2018). 

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page