Maroc

PJD : Les décideurs du parti en conclave

Les membres du conseil national se réuniront dans le cadre d’une session ordinaire du conseil national les 11 et 12 février. L’ordre du jour de la session n’est pas encore fixé, de même que les commissions permanentes du parti devraient baliser le chemin des travaux de cette session marquée par le gel des pourparlers pour la formation du nouveau gouvernement.

Après un premier report, la session ordinaire du conseil national du parti de la lampe se tiendra durant le mois de février en vue de permettre aux décideurs au sein de la 1re formation politique du pays d’avoir plus de visibilité sur la formation de la nouvelle majorité. «Le bureau politique du parti qui s’est réuni le 27 janvier a décidé de tenir la session les 11 et 12 février.


Avant cela, les commissions permanentes du parti devront se réunir le 10 février, de même que le programme de la session sera communiqué ultérieurement», indique Sâad Eddine El Othmani, le président du Conseil national du PJD dans un communiqué publié à l’issue de la réunion des membres du bureau politique. Le report de la session qui devait se tenir début janvier a été justifié par l’agenda contraignant du parti qui devrait se concentrer sur la formation de la nouvelle majorité avant que l’ouverture des travaux de la 1re Chambre et l’élection de son président ne soient intervenues pour déclencher cette réunion des membres du parti.

En plus du bilan de l’année 2016, l’ordre du jour de cette session devrait être consacré aux bilans financier et organisationnel de l’année écoulée, marquée par la tenue des élections législatives et le rapport de la Cour des comptes qui s’en est suivi. Les composantes du PJD tenteront avant tout durant cette session de retrouver leur moral de vainqueur qui a été éclipsé par le blocage de la formation du gouvernement et devront se servir de cette rencontre pour mener un débat ouvert au sein du parti de Benkirane, qui cherche à débloquer la situation marquée par un isolement de plus en plus pesant sur le statut de la principale formation au sein de la Chambre des représentants. Le malaise des membres du parti provient aussi du retard accusé par les principaux chantiers de la réforme qui devraient être mis sur les rails au cours de cette année 2017, ainsi que du seuil des concessions que le parti devra accorder pour former une majorité homogène. Il est à rappeler que le parti de la lampe a pris l’habitude de procéder à un redéploiement de ses élites dirigeantes à l’issue des élections, avec comme objectif l’ouverture de la voie devant les jeunes du parti ainsi que le redéploiement régional et le renforcement de la communication.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page